/sports/hockey
Navigation

Finale de la Coupe Stanley: des retrouvailles ou une première

Finale de la Coupe Stanley: des retrouvailles ou une première
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

En date de jeudi matin, quatre scénarios étaient toujours sur la table relativement à la confrontation à venir en finale de la Coupe Stanley. En ce qui concerne le Canadien de Montréal, il retrouvera des rivaux connus au tour ultime, peu importe l’issue de la demi-finale opposant le Lightning de Tampa Bay aux Islanders de New York. 

• À lire aussi: Golden Knights c. Canadien: une place en finale à la Saint-Jean pour le Tricolore?

• À lire aussi: Anthony Beauvillier sauve les Islanders

Effectivement, le Tricolore a déjà bataillé en éliminatoires contre chacune des deux formations qui luttent actuellement pour l’obtention du trophée Prince-de-Galles: celui-ci trouvera preneur vendredi à l’occasion du septième affrontement de la série entre les «Bolts» et les Insulaires à l’Amalie Arena. À l’opposé, les Golden Knights de Vegas n’ont jamais croisé le fer avec l’une ou l'autre de ces mêmes formations en matchs d’après-saison.

Si le Canadien accède au tour ultime et si les Islanders complètent leur remontée, les partisans se retrouveront devant un dénouement pour le moins imprévu et surprenant. Certains se plairont d’ailleurs à rappeler encore une fois le printemps 1993, lorsque les deux clubs ont joué l’un contre l’autre pour la dernière fois en séries. Le contexte de 2021 pourrait d’ailleurs être semblable à celui de l’époque. Comme c’est le cas maintenant, New York avait fait la vie dure aux champions en titre. Grâce au but de David Volek en prolongation du septième match de la finale de la section Patrick, les Islanders avaient vaincu les Penguins de Pittsburgh 4 à 3 pour prendre rendez-vous avec le Canadien.

Ce dernier avait rapidement liquidé ses adversaires au troisième tour. La troupe de Jacques Demers avait gagné la série en cinq parties, notamment grâce aux buts de Stéphan Lebeau et de Guy Carbonneau en temps supplémentaire lors des rencontres 2 et 3, respectivement. Dans l’histoire, le Bleu-Blanc-Rouge a remporté trois de ses quatre séries face à l’organisation de Long Island. La seule qu’il ait perdue est celle de 1984: après avoir empoché deux victoires d’entrée de jeu au Forum, le gardien Steve Penney et ses coéquipiers du Canadien avaient vu la puissante machine de Mike Bossy et compagnie se mettre en marche pour enlever les quatre duels suivants et filer en finale.

Par ailleurs, un choc Canadien-Islanders mettrait fin aux deuxième et troisième disettes les plus longues actuellement en cours dans la Ligue nationale en ce qui a trait au nombre d’années consécutives sans participation à la dernière ronde. La plus grande appartient aux Maple Leafs de Toronto (1967).

Plus compliqué

Quant au Lightning, il a causé beaucoup plus d’ennuis au Tricolore, même s’il a amorcé ses activités en 1992. La concession floridienne compte deux succès en trois séries face à Montréal. Elle a réussi le balayage au deuxième tour des séries de 2004 pour éventuellement gagner la coupe avec Vincent Lecavalier et Martin St-Louis dans ses rangs.

Tampa Bay a joué contre le Canadien deux ans de suite, en 2014 et 2015. À la première occasion, la Sainte-Flanelle avait profité de l’absence du gardien Ben Bishop dans le camp adverse pour réussir un coup de balai. La vengeance avait été savoureuse pour le Lightning un an plus tard, car il avait signé un gain en six parties, malgré une tentative de remontée des hommes de Michel Therrien, qui avaient gagné les matchs 4 et 5. Cette année-là, l’Éclair avait baissé pavillon devant les Blackhawks de Chicago en finale.

Les Knights, qui n'en sont qu'aux quatrièmes séries de leur courte existence et qui jouent normalement dans l’Association de l’Ouest, n’ont pas souvent affronté une équipe de l’Est en séries: le Canadien cette année, dans des circonstances atypiques, et, en 2018, dans une finale perdue en cinq matchs, les Capitals de Washington.

À voir aussi