/entertainment/movies
Navigation

«Adieu les cons» : une comédie joyeusement décalée

Coup d'oeil sur cet article

« Une tragédie burlesque. » C’est ainsi que l’acteur et réalisateur Albert Dupontel se plaît à décrire son très réussi nouveau film, Adieu les cons, une comédie déjantée et délirante qui débarque sur nos écrans aujourd’hui après avoir fait un tabac dans les salles françaises.

Sept prix à la dernière cérémonie des César, dont celui du meilleur film, 1,5 million d’entrées au box-office français... Le succès de la comédie dramatique Adieu les cons ne se dément pas. Avec ce huitième effort derrière la caméra, Albert Dupontel a réussi le rare exploit de séduire autant les cinéphiles avertis que le grand public. 

Adieu les cons met en scène les mésaventures de deux antihéros réunis par un destin malheureux. JB (Dupontel), un fonctionnaire quinquagénaire spécialisé en sécurité informatique, vient d’apprendre que ses patrons le mettaient au rancart parce qu’ils souhaitent le remplacer par des employés plus jeunes. 

Virginie Efira et Albert Dupontel dans Adieu les cons.
Photo courtoisie, AZ FILMS
Virginie Efira et Albert Dupontel dans Adieu les cons.

Désespéré, JB tente de s’enlever la vie sur son lieu de travail après avoir filmé un message d’adieu. Mais son plan tourne à la catastrophe quand le coup de fusil part dans la mauvaise direction et finit par blesser un collègue de JB, sous le regard abasourdi de Suze (Virginie Efira), une coiffeuse de 43 ans qui vient d’apprendre qu’elle est atteinte d’une maladie incurable. 

Rocambolesque

Suze décide alors de kidnapper JB en pensant que celui-ci pourra l’aider à retrouver son fils de 28 ans qu’elle n’a jamais connu. Le duo recevra éventuellement l’aide d’un archiviste aveugle (Nicolas Marié) qui n’a pas peur de sauter dans l’action malgré son handicap. 

En racontant les déboires de ces trois personnages paumés dans leur solitude, Albert Dupontel a concocté une comédie rocambolesque et joyeusement décalée, qui s’inspire librement du classique de Terry Gilliam, Brazil. Dans un ton légèrement absurde et en misant sur des dialogues savoureux, Dupontel signe une satire féroce et brillante d’une société moderne déshumanisée, qui rejette sans pitié les marginaux et les accidentés de la vie. 

Porté par une performance étincelante de Virginie Efira, le film parvient à nous faire passer du rire aux larmes, sans pour autant trop appuyer l’aspect mélodramatique du récit. La scène finale en déstabilisera plus d’un, mais elle s’inscrit parfaitement dans l’attitude punk que Dupontel a voulu donner à ce film à la fois drôle et intelligent.  


Adieu les cons ★★★★☆

Un film d’Albert Dupontel

Avec Albert Dupontel, Virginie Efira et Nicolas Marié. 

À l’affiche.