/weekend
Navigation

Un lendemain de veille qui frappe fort

Coup d'oeil sur cet article

Fête nationale et déconfinement obligent, le timing du deuxième LP du quatuor country local est impeccable. Et que dire de ce titre qui fait tant rêver de nos jours ? 

Lendemain de veille  

Photo courtoisie

★★★ 1/2

Le party est pogné !

Tout d’abord, les fleurs...

Quatre ans après 1000 Bières, un premier album qui a permis au collectif de tirer rapidement son épingle du jeu dans son sillon de prédilection (Lendemain de veille s’étant retrouvé dans les nominations des catégories Groupe de l’année et Choix du Public lors de l’édition 2020 du Gala Country 2020), ces musiciens et chums de brosse étoffent leurs propos – c’est-à-dire : faire le party, bien sûr – sans le dénaturer.

La chanson-titre, qui lance les festivités, en témoigne tout particulièrement. Il n’est plus question que de lever le coude, mais aussi de le faire en bonne compagnie et aux quatre coins de la province. Les fans de la mise en récit — et des histoires à boire debout, il va sans dire — du Québec Redneck Bluegrass Project pourraient apprécier par la bande. 

Idem pour les musiques ainsi que la production de l’œuvre (bien que ce dernier volet est également un minuscule talon d’Achille pour Lendemain de veille).

Puis, un tout petit pot...

Alors que le collectif multiplie les apparitions chez les médias de masse (CKOI et TVA, notamment), quelques esprits tordus (ok, moi, en fait) ne peuvent s’empêcher de lier ce succès grandissant à la réalisation de Le party est pogné ! qui s’avère — malgré son titre — incroyablement sage et convenue. Si Lendemain de veille aspire à un country plus accessible, grand bien lui fasse, mais – à mon humble avis –, ce party pognerait davantage si l’enrobage de l’œuvre était encore plus à l’image du projet (à titre de référence : Salebarbes s’en tire très bien dans ce domaine).

Cela étant dit, Lendemain de veille frappe fort avec cette seconde offrande. Le grand public n’a qu’à bien se tenir. Cul sec ! 

IAM 

Photo courtoisie

★★★★ 1/2

Première vague

Le collectif culte descend de sa montagne le temps d’un nouveau maxi, deux ans après leur neuvième album Yasuke, une œuvre saluée pour son ouverture musicale. Sans rebrousser chemin, Shurik’n, Akhenaton et compagnie reviennent à la charge avec six pièces plus planantes et groovy. Les inconditionnels d’IAM (évidemment), les mélomanes préférant le rap plus « old school » (à défaut d’une meilleure expression) ou encore les parutions de chez Stones Throw vont adorer. Vivement la suite.

Moon Vs Sun 

Photo courtoisie

★★ 1/2

I’m Going To Break Your Heart (Music from the Motion Picture)

Moon Vs Sun est un duo folk pop formé par Chantal Kreviazuk et son conjoint Raine Maida, également chanteur d’Our Lady Peace. I’m Going To Break Your Heart est un documentaire mettant en vedette le couple alors qu’il travaille sur ces chansons ainsi que sa relation douce-amère et, cette semaine, la trame sonore du projet lancé en 2019 refait surface sur les plateformes musicales web. Bref, malgré un diptyque à la prémisse hyper personnelle, le volet musical, lui, s’avère cruellement beige. C’est bien fait, mais c’est surtout oubliable dès la fin de l’œuvre. Pour fans purs et durs seulement. 

Joni Mitchell 

Photo courtoisie

★★★ 1/2

Blue 50 (Demos & Outtakes)

Histoire d’accompagner le 50e anniversaire de son cultissime album Blue, la grande dame dévoile un maxi rassemblant retailles et démos tirés de l’enregistrement de l’œuvre phare. Au-delà de sa trame musicale hétérogène — c’est tantôt cru et minimaliste (la maquette de California sort du lot, bien sûr), puis pétaradant ou solennel (une version avec des cors français River en témoigne) —, le principal « défaut » de ce maxi est qu’il est trop court. À (re)découvrir ! 

COUP DE COEUR 

THE MARÍAS 

Photo courtoisie

★★★

CINEMA

Surprise de la semaine : ce combo pop de Los Angeles tirant autant la couverte du côté de l’esthète indé que vers des sonorités R&B puis la grosse prod’ sucrée. En entrevue, le groupe — mené par la chanteuse María Zardoya et le batteur Josh Conway — cite Tame Impala et Alicia Keys parmi leurs inspirations et ça s’entend. À ceux-ci, on pourrait également ajouter Billie Eilish et Jessie Reyez. De la très grande pop, bref.