/news/coronavirus
Navigation

Voyager en Europe cet été, une bonne idée?

Coup d'oeil sur cet article

Si plusieurs sont tentés de partir en voyage à l’extérieur du Canada cet été, les contraintes sanitaires toujours en vigueur pourraient freiner leurs ardeurs.

• À lire aussi: COVID-19: plus de vaccins et moins de cas que jamais

Bien que le Canada allégera ses restrictions imposées aux voyageurs qui entreront au pays dès le 5 juillet, les voyageurs doivent tout de même penser à plusieurs éléments avant de réserver un séjour à l’étranger. 

«C’est vraiment un pensez-y-bien en ce moment. On dit aux gens, oui, prévoyez vos voyages, mais attendez encore un peu. Pensez plutôt à des vacances à la fin de l’automne, ou à l’hiver et avec des compagnies qui ont des conditions flexibles en cas d’annulation», conseille Josée Kaigle, présidente de Voyages Optimistes, en entrevue à LCN.

  • Écoutez l'entrevue de Josée Kaigle avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:

Beaucoup de personnes intéressées à s’envoler à l’étranger oublient que des restrictions les attendront à leur arrivée au pays, mais aussi à leur retour au pays. 

«Beaucoup de gens sont intéressés à partir, mais déchantent un peu lorsqu’on leur explique les contraintes qui existent», constate Mme Kaigle. 

Elle ajoute que ces restrictions ne concernent pas seulement la quarantaine. 

«Plusieurs pays ont encore des contraintes pour entrer. Alors plusieurs pays exigent un test PCR. Plusieurs pays ont encore des quarantaines, alors il faut bien s’informer avant de partir», soutient-elle. 

Les conséquences d’un test positif

Les voyageurs doivent aussi penser aux conséquences d’un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19, prévient Josée Kaigle.

«Si votre test PCR avant le retour est positif, eh bien vous êtes pris à destination jusqu’à ce que vous puissiez fournir un résultat négatif, rappelle-t-elle. C’est des frais additionnels, mais aussi un séjour prolongé et possiblement un billet d’avion qui ne sera plus valide.»

«C’est beaucoup de choses à penser avant de prendre une décision», ajoute la présidente de Voyages Optimistes.

Mme Kaigle insiste sur l’importance de «vraiment penser aux conséquences si jamais vous aviez un test positif avant le retour». 

Elle souligne cependant qu’il s’agit d’un bon moment pour penser aux vacances de Noël ou la semaine de relâche. 

«C’est le temps de le faire puisqu’il y a des fournisseurs qui, présentement, ont des offres incroyables avec la possibilité d’annuler jusqu’à 25 jours avant le départ sans aucune pénalité. Donc c’est zéro risque pour le client», lance-t-elle. 

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.