/opinion/columnists
Navigation

Les tables sont racistes!

school cafeteria
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Vous êtes bien assis ?

Je l’espère, car vous risquez de prendre une méchante débarque en lisant les phrases suivantes.

Imaginez-vous que selon une chercheuse du Centre national de recherche scientifique en France, la gastronomie française serait raciste.

En effet, selon Mathilde Cohen, une militante racialiste qui est maître de conférence à l’Université du Connecticut, les habitudes alimentaires des Français seraient « façonnées par les classes moyennes supérieures blanches ».

ASSOYEZ-VOUS PAR TERRE !

La preuve ? Les cantines scolaires.

Non seulement privilégie-t-on le pain plutôt que le riz dans les cafétérias d’écoles, ce qui serait un réflexe anti-asiatique, mais on demande aux élèves de manger à table... alors que certains peuples seraient habitués de manger accroupis par terre ! 

Pas de farce.

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau au micro de Danny St Pierre:

Cette chercheuse a bel et bien dit ça. Dans le cadre d’un séminaire organisé par l’École de droit de l’Institut d’études politiques de Paris. 

Et j’imagine que c’est un crime de leur demander d’utiliser des ustensiles, car certains peuples mangent avec leurs mains ?

Et que dire des règles vestimentaires ? On demande aux étudiants de s’habiller, alors que certaines tribus africaines et sud-américaines se promènent nues !

Racistes ! Colonialistes ! 

Imaginez si, à Marseille ou en Seine-Saint-Denis, un directeur d’école avait mis des tapis par terre dans un coin de la cantine pour les « élèves racisés ».

On aurait crié au racisme ! « Quoi, le directeur de cette école pense que les Noirs mangent accroupis par terre comme des sauvages ? Qu’ils ne sont pas civilisés ? »

Mais là, puisqu’il y a des chaises et des tables dans les cafétérias d’écoles, on dit que c’est raciste !

Ces militants qui voient du racisme partout – quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse – sont fous. Cinglés. 

Siphonnés du bocal.

Ils ont besoin de s’allonger sur un gros divan en cuir et de parler de leur enfance à un vieux monsieur barbu.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

LA LEÇON DE CLAUDE MEUNIER

On se croirait dans un spectacle de Ding et Dong. 

Rappelez-vous le sketch de Claude Meunier qui avait été présenté au Bye Bye en 1981. 

Un Québécois de souche (interprété par Meunier) reçoit sa fille et son nouveau chum haïtien à souper. 

Afin de mettre son gendre à l’aise et de le faire se sentir « comme chez lui », le bonhomme s’assoit par terre, enlève son chandail (« On va manger en bedaine comme chez vous ! ») et offre à son invité de manger avec ses mains. 

« On sert de la dinde, connaissez-vous ça ? C’est comme un lion en forme de gros poulet, mais au lieu de le manger avec ses griffes, on le mange avec de la farce et des atocas... »

Le sketch – une critique brillante du multiculturalisme, qui enferme chaque groupe ethnique dans sa « culture » et son « folklore » – est hilarant. Plus le personnage interprété par Claude Meunier essaie de ne pas paraître raciste, plus il le devient. 

Eh bien, c’est exactement ce que font les antiracistes crinqués. 

Ils sont tellement antiracistes... qu’ils finissent par devenir racistes !

À BAS L’OCCIDENT !

La Syrie aurait droit à sa gastronomie nationale, Haïti, le Mexique, l’Algérie, le Nigéria, le Maroc, la Tanzanie, le Sénégal, le Congo... mais pas la France ! 

Et on véhicule ce genre de sottises dans une université !