/news/politics
Navigation

Matchs projetés en plein air: Valérie Plante nie être en chicane avec le CH

Coup d'oeil sur cet article

Au moment où les négociations pour projeter les matchs en plein air se poursuivent, la relation entre la Ville de Montréal et le Canadien semble s’envenimer.

Dimanche, le Tricolore a laissé savoir qu’il n’organiserait pas d’événements extérieurs. Le propriétaire du Groupe CH, Geoff Molson, a également écrit dans un tweet «qu’il n’avait pas de temps à perdre avec la négativité de la mairesse».

Lundi, en entrevue à TVA Nouvelles, Valérie Plante a nié l’existence d’une querelle entre son administration et le Canadien, même si elle admet avoir été surprise de lire ce message de Geoff Molson.

«De notre côté, comme du côté du Groupe CH, ce qu’on veut, c’est que la ville célèbre et qu’on s’imprègne de l’énergie de cette présence des Canadiens en finale de la Coupe Stanley», a déclaré la mairesse de Montréal.

Un casse-tête

Présentement, les grands rassemblements ne sont toujours pas permis, ce qui complique l’organisation de projections en plein air.

«D’une part, on veut trouver des lieux qui sont accessibles, mais d’autre part, on veut également suivre les règles de santé publique», a déclaré Mme Plante.

Cette dernière affirme avoir bon espoir d’en arriver à une solution rapidement. Elle souhaite fournir une option aux Montréalais qui n’ont pas les moyens d’acheter des billets ou qui n’ont tout simplement pas réussi à s’en procurer. De plus, elle avoue qu’elle aurait aimé que des projections extérieures soient organisées dès le premier match de la finale.

Désormais, elle vise le troisième match de la série, prévu vendredi au Centre Bell, tout en souhaitant que ce dossier puisse se régler le plus tôt possible.