/news/society
Navigation

Coût des billets pour le CH: un rêve difficilement atteignable pour la plupart des partisans

Catherine Denis
Photo courtoisie Catherine Denis et ses trois enfants, Zachary (13 ans), Benjamin (10 ans) et Mélody (9 ans), rêveraient de retourner au Centre Bell pour assister à la finale.

Coup d'oeil sur cet article

Leur rêve d’assister à un match en finale de la coupe Stanley a bien peu de chance de se concrétiser, reconnaissent plusieurs partisans du Canadien en voyant le coût des billets.

• À lire aussi: Deux fois moins cher d’aller voir jouer le Canadien en Floride

• À lire aussi: Le Canadien prêt pour une autre surprise

« Je n’ai même pas regardé les prix pour ne pas me faire mal au cœur pour rien », dit en riant Nathalie Champagne, de Longueuil. 

Pour aller voir « ses » joueurs du Canadien jouer à domicile dans les prochains jours, elle devrait allonger plusieurs milliers de dollars, une somme qu’elle n’a tout simplement pas. 

Même constat pour Catherine Denis et ses trois enfants, membres du fan-club du Canadien et habitués des séances d’autographes des joueurs. 

« Le hockey, c’est rassembleur, on aime ça. Mais se nourrir et se loger, c’est pas mal plus important que de payer [10 000 $] pour aller voir une partie de hockey », souligne la mère monoparentale qui travaille comme éducatrice spécialisée.  

« C’est pas monsieur ou madame Tout-le-Monde qui va payer ces prix-là, et encore moins une famille », ajoute Jean Rivard, qui connaît les statistiques du club sur le bout de ses doigts. 

François Bertrand, un partisan de Saint-Jérôme avec un tatouage du CH, regrette pour sa part que plusieurs détenteurs d’abonnement de saison profitent de l’engouement pour s’enrichir. 

Une occasion historique

La rareté et le prix des sièges au Centre Bell sont encore plus crève-cœur alors que le Tricolore n’avait pas atteint la finale de la Coupe depuis 1993. 

« À l’âge que je suis rendue, peut-être que ça arrivera plus jamais de ma vie », soupire Nathalie Champagne, 48 ans.

Tous les partisans à qui Le Journal a parlé promettent néanmoins de suivre religieusement l’issue des prochains matchs à la télé, plutôt qu’au Centre Bell. 

« J’espère qu’ils gagnent et qu’il y aura une parade. Au moins, elle sera gratuite », dit Jean Rivard, pince-sans-rire.

À VOIR AUSSI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.