/news/currentevents
Navigation

Une mauvaise manoeuvre à l’origine de l’écrasement d’un hélicoptère de l’armée

Une mauvaise manoeuvre à l’origine de l’écrasement d’un hélicoptère de l’armée
Photo d'archives Tim Krochak

Coup d'oeil sur cet article

L’écrasement d’un hélicoptère en mer Ionienne qui avait coûté la vie à six militaires canadiens en 2020 a été causé par une mauvaise manœuvre, a conclu la Défense nationale dans un rapport dévoilé lundi. 

• À lire aussi: Écrasement dans la Méditerranée: les hélicoptères Cyclone remis en fonction

• À lire aussi: L’hélicoptère des Forces canadiennes n’a eu aucune chance d’éviter la tragédie

Le 29 avril 2020, un appareil CH148 Cyclone de l’armée s’était abîmé en mer à proximité de la frégate canadienne «Fredericton», lors d’une mission de l’OTAN. Aucun des six membres d’équipage n’a survécu.

«L’enquête a déterminé que, lors de l’exécution d’une manœuvre complexe de virage à basse altitude durant le retour de l’hélicoptère au navire, l’aéronef n’a pas réagi de la manière prévue comme l'équipage l'aurait souhaité en raison d’un phénomène de biais du modèle d’instruction d’assiette», ont détaillé les Forces armées canadiennes (FAC).

L’armée a précisé que ce phénomène ne peut se produire qu’en réunissant «un ensemble de circonstances bien précis», mélangeant notamment un pilotage manuel avec des commandes automatisées.

«Le phénomène de biais qui s’est produit lors de cet événement a causé une autorité de manche cyclique insuffisante, ce qui a entraîné une descente abrupte de l’appareil qui s’est abîmé dans l’eau», ont poursuivi les FAC.

La combinaison de facteurs qui ont mené à l’écrasement était inconnue à la fois du fabricant des Cyclones, Sokorsky Aircraft, et de l’armée.

«Cet accident n’est pas le résultat d’un seul facteur de causalité, mais d’une combinaison de plusieurs facteurs et aurait pu arriver à n'importe quel autre équipage, n'importe quel autre jour», a souligné le directeur à la Sécurité des vols de l’Aviation royale canadienne, le brigadier-général John Alexander, par communiqué.

Les FAC ont fait part de plusieurs pistes de solution pour éviter qu’un tel drame se reproduise, incluant une modification du logiciel de commandes de vol électroniques et un examen pour mieux cerner les capacités opérationnelles des CH148.

Les CH148, successeurs des vénérables hélicoptères CH-124 Sea King au sein de l’armée, ont commencé à être déployés en 2015. Les derniers appareils doivent être livrés au Canada d’ici décembre 2021.

Rappelons que le printemps 2020 avait été difficile pour l’armée canadienne. En plus de la perte du Cyclone en mer Ionienne, un avion des Snowbirds s’était écrasé après avoir percuté un oiseau à Kamloops, en Colombie-Britannique, le mois suivant, causant la mort de la capitaine Jennifer Casey.