/opinion/columnists
Navigation

Ces ministres qui ont (ou pas) le sens de l'État

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, explique son engagement politique par son sens de l’État. C’est sa conviction de pouvoir changer et améliorer le sort de ses concitoyens qui l’anime.

Son propos rappelle les convictions de la fiscaliste et auteure Brigitte Alepin quant à un État neutre assurant l’équilibre entre les différents groupes d’intérêts.

Les collègues du ministre n’ont toutefois pas tous le même sens de l’État ; certains se démarquent admirablement pendant que d’autres affichent leur penchant néolibéral.

Ian Lafrenière

Le ministre responsable des Affaires autochtones brille depuis sa nomination et récolte une appréciation positive malgré la complexité du dossier dont il a hérité.

Mon amie, Lucie Martineau, autochtone et ex-présidente du Syndicat de la fonction publique du Québec, me confirme cette perception positive du ministre.

Pour elle, il est à l’écoute et il ne cherche pas à imposer de solutions mur à mur. Il établit des ponts avec toutes les communautés par un dialogue constructif.

Monsieur Legault n’a pas aidé en repoussant péremptoirement une proposition d’un jour férié autochtone.

Jean Boulet

Le ministre du Travail se fait remarquer par ses multiples interventions, autant dans les négociations collectives, dans l’élargissement du bassin de la main-d’œuvre ou dans la modernisation des lois du travail.

On dit de lui qu’il est à l’écoute et près de l’action en tentant de concilier les intérêts des différents groupes. Il fait preuve d’un humanisme qui était plutôt absent chez ses prédécesseurs. 

C’est moins brillant dans le menu législatif, alors qu’il semble plus empressé de répondre aux doléances patronales. Cela se corrige !

Andrée Laforest

« Rénovictions », crise du logement et bulle immobilière n’ébranlent pas la ministre des Affaires municipales qui, en bonne néolibérale, croit que le marché va s’autoréguler.

En fait, elle n’a pas le sens de l’État. 

La vraie question : quels ministres reflètent la tendance lourde du gouvernement caquiste ?