/investigations/politics
Navigation

Assemblée nationale: coûts cachés pour un agrandissement de plusieurs millions de dollars

L’institution ne veut pas dire maintenant le prix d’un agrandissement évalué à plusieurs millions

Assemblée nationale
Photo Alexandre Robillard L’Assemblée nationale projette un agrandissement de ses aires de restauration dans sa cour intérieure. Une terrasse de 100 places, des salons privés, des aires de jeux sont prévus dans le projet.

Coup d'oeil sur cet article

L’Assemblée nationale utilisera une nouvelle fois ses surplus accumulés pour financer un projet d’agrandissement de plusieurs millions de dollars dont elle refuse pour l’instant de préciser les coûts.

L’institution a récemment lancé plusieurs appels d’offres qui visent d’importants travaux dans la cour intérieure du parlement, dont la construction d’une terrasse de 100 places.

Malgré nos demandes répétées, le navire amiral de l’administration québécoise n’a pas révélé les données financières du projet, financé par des fonds publics.

« Nous ne pouvons pour le moment divulguer publiquement les montants impliqués afin de ne pas influencer les coûts des différents appels d’offres publics, a déclaré la porte-parole Maryse Savard. Ils seront connus ultérieurement. »

En 2018, au moment où il a été nommé président de l’institution, le député François Paradis s’est engagé à être plus transparent que son prédécesseur, Jacques Chagnon, dont les dépenses controversées avaient fait les manchettes.

« La population réclame davantage de transparence, une gestion toujours plus rigoureuse. Eh bien, je vous le dis, j'en suis », avait-il lancé à son entrée en fonction.

Quand M. Chagnon était président, l’Assemblée nationale avait néanmoins divulgué, en 2014, les coûts d’un important projet d’agrandissement au moment de son lancement.

Appels d'offres

Des documents d’appels d’offres publiés début juin par l’institution indiquent qu’une somme de 9,5 millions $ est prévue pour les « travaux de construction » d’un agrandissement de deux étages totalisant 700 mètres carrés. 

Ces lieux vont permettre l’ajout de salons privés de restauration et de places à la cafétéria du parlement.

Assemblée nationale
Illustration courtoisie

L’Assemblée nationale n’a pas voulu préciser s’il s’agit de la totalité des coûts de ce qui est présenté comme une première étape dans une nouvelle ronde de travaux.

L’institution a toutefois confirmé cette semaine que le budget de ces nouveaux travaux provient d’un compte où s’accumulent des surplus dégagés à même ses opérations.

La majorité de ces surplus sont composés de fonds publics destinés au fonctionnement de l’Assemblée nationale, mais qui sont mis de côté.

« L’Assemblée nationale bénéficie d’un compte non budgétaire », a expliqué Mme Savard.

Selon la porte-parole, le projet d’agrandissement a été autorisé en avril par le Bureau de l’Assemblée nationale, l’équivalent de son conseil d’administration.

Aucun des ordres du jour publiés par l’institution sur son site internet ne fait explicitement référence au projet. 

Celui du 1er avril mentionne toutefois que des « sujets et documents non publics » ont fait l’objet de discussions, sans plus de précisions.

Périmètre de sécurité

Selon l’échéancier indiqué, le nouveau projet s’étalera jusqu’en 2025. Les travaux de construction auront lieu d’avril 2023 à novembre 2024.

Une deuxième étape, qui n’a pas encore fait l’objet d’appels d’offres, vise le réaménagement du périmètre de sécurité à l’arrière du parlement. 

Ce projet avait déjà été exposé en 2014. 

Il était prévu qu’il suive la construction d’un premier agrandissement de l’Assemblée nationale, annoncé quand M. Chagnon en était le président.

Un projet d’édifice de trois étages, qui devait être érigé dans la cour intérieure au coût de 50 millions $, a finalement été abandonné au profit d’un pavillon sous-terrain construit devant le parlement pour 10 millions $ de plus.

DES PROJETS EN CASCADE 

2015

60,5 millions $

Construction d’un pavillon souterrain devant le parlement destiné à l’accueil des visiteurs et à l’ajout de salles pour les commissions parlementaires.


2019

4 millions $

Rénovation de fond en comble du restaurant Le Parlementaire.


2020

3 millions $

Installation d’un nouvel éclairage extérieur des principaux édifices de l’Assemblée nationale. 


2021

9,5 millions $

Agrandissement de la cafétéria et réaménagement de la cour intérieure de l’Assemblée nationale.


2022

Coût à déterminer

Rénovations majeures du Salon bleu. Une première évaluation chiffrait le projet à 3,3 millions $.