/sports/hockey/canadien
Navigation

Coulé par quelques erreurs

Le Canadien s’incline 3 à 1 et tire de l’arrière 2 à 0 dans la série

Coulé par quelques erreurs
AFP

Coup d'oeil sur cet article

TAMPA | Vous vous souvenez de l’époque où Gregory Charles s’époumonait à crier: «Que le meilleur gagne»?Disons qu’hier soir, au Amalie Arena, le célèbre animateur aurait été dans son élément.  

Le Canadien a eu beau rebondir de belle façon à la suite de son revers dans le premier match. Il a eu beau dominer le match pendant 40 minutes. Il a également eu beau limiter les erreurs. Ça n’a pas empêché le Lightning de Tampa Bay, la meilleure des deux équipes, de l’emporter 3 à 1.

Anthony Cirelli, Blake Coleman (quel but!) et Ondrej Palat ont sonné la charge pour les vainqueurs. Nick Suzuki a donné la réplique pour le Canadien.

Des erreurs coûteuses de Ben Chiarot, dans les toutes dernières secondes de la deuxième période, et de Joel Edmundon, avec moins de cinq minutes à faire à la rencontre, ont coulé la barque du Canadien.

«Je ne crois pas que leur deuxième but nous a coupé les jambes, car on a continué d’avoir des chances. C’est leur but en troisième période, en raison du temps qu’il restait...», a déclaré Paul Byron, laissant sous-entendre que c’est celui qui a fait le plus mal.

Le Canadien rentrera à Montréal aujourd’hui en déficit de 2 à 0 dans cette finale de la coupe Stanley. La mauvaise nouvelle, c’est que, dans l’histoire de la LNH, une formation qui remporte les deux premiers matchs d’une finale de la coupe Stanley soulève le gros trophée dans 90,2%.

Pour être plus précis, ce n’est arrivé que cinq fois que l’équipe en déficit ait remonté la pente. Les Bruins de 2011 sont la dernière à avoir réussi l’exploit.

Suzuki rebondit

Ce revers vient porter ombrage à l’excellente soirée de travail de Suzuki et ses compagnons trios. Complètement dominés lors du premier match, Suzuki, Tyler Toffoli et Cole Caufield ont obtenu plusieurs des meilleures occasions de marquer du Canadien.

«On a bien rebondi. On a obtenu notre part d’occasions de marquer. Il faut trouver une façon de placer la rondelle dans le filet. Et je m’inclus là-dedans», a déclaré le buteur du Canadien.

À lui seul, Suzuki a décoché neuf tirs sur Andrei Vasilevskiy. Il a également fait un travail défensif remarquable, comme sur cette séquence où un repli suivi d’un plongeon a empêché le dangereux Nikita Kucherov de s’échapper. 

Profiter de ses occasions de marquer, voilà le principal problème du Canadien dans cette rencontre. En première période, il a évolué à quatre contre trois pendant deux minutes, ne réussissant à décocher que deux tirs au but. Deux tirs en angle. En aucun cas, un joueur du Tricolore a été en mesure d’attaquer le centre du territoire.

«+»

Nick Suzuki a prouvé qu’il pouvait tenir tête aux meilleurs attaquants de la LNH. Il a survolé la glace toute la soirée, décochant neuf tirs au but. Également, il a remporté 60% de ses mises en jeu.

«-»

Les défenseurs : Chiarot et Edmundson ont eu des crampes au cerveau qui ont coûté des buts. Petry n’a pas paru à son meilleur, malgré ses cinq tirs.