/finance
Navigation

Fini les autos à essence en 2035

Ottawa vient de décider d’imiter le Royaume-Uni, le Japon ainsi que la Californie

Alex Jodoin Bisaillon,
Photo Francis Halin Les modèles de véhicules 100 % électriques s’envolent en vitesse grand V chez Oliviers Hyundai, à Saint-Basile-le-Grand, en Montérégie, explique le directeur général des ventes, Alex Jodoin Bisaillon.

Coup d'oeil sur cet article

Sept mois après le Québec, le fédéral annonce qu’il interdira lui aussi la vente de véhicules légers à essence dès 2035, ce qui fait saliver certains concessionnaires qui ont déjà pesé sur l’accélérateur.

• À lire aussi: Ottawa interdira la vente de véhicules légers à essence en 2035

« Je n’avais jamais vécu ça en automobile. C’est la première fois que lorsque l’on sort de nouveaux modèles les gens veulent précommander même s’ils n’ont pas le prix encore », explique Alex Jodoin Bisaillon, directeur général des ventes chez Olivier Hyundai, à Saint-Basile-le-Grand.

« Tout le monde veut commander avant d’avoir vu le prix. Il y en a qui annulent après. Il y en a qui le veulent. Mais il y a un engouement », observe-t-il.

Objectif devancé

Hier, Ottawa a appuyé sur le champignon en devançant son objectif d’interdire la vente de véhicules légers à essence dès 2035, plutôt qu’en 2040.

Dans moins d’une quinzaine d’années, les seuls véhicules neufs qui pourront être achetés devront être des véhicules à zéro émission. Pour le fédéral, les véhicules hybrides rechargeables entrent dans cette catégorie.

  • Écoutez la chronique auto d'Antoine Joubert au micro de Danny St Pierre sur QUB radio:

Dans la bonne direction

Chez Hyundai Saint-Basile, les modèles 100 % électrique Ioniq et la Kona se vendent comme des petits pains chauds, comme les Leaf de Nissan ou les Bolt de Chevrolet.

À deux pas de là, de futurs acheteurs de voitures croisés hier chez Toyota ou Honda étaient toujours à la recherche de véhicules à essence.

Or, d’ici 2035, ils n’auront plus le choix : les Québécois devront se tourner vers l’électrique pour un véhicule neuf, comme au Royaume-Uni ou au Japon.

En Norvège, le pays scandinave est encore plus ambitieux : il vise 2025.

Pour Daniel Breton, à la tête de Mobilité Électrique Canada (MEC), qui vient de faire paraître Le guide pratique de la voiture électrique, l’annonce d’Ottawa fait avancer le pays dans la bonne direction.

« S’aligner avec les plus audacieux en Amérique du Nord, comme la Californie, c’est la bonne chose à faire. Il y a une quinzaine d’États américains qui vont dans cette direction-là », a-t-il expliqué.

« J’ai été content quand j’ai entendu le ministre dire que l’on passe de mesures volontaires à des mesures réglementaires », a-t-il ajouté.

« On aurait aimé que l’on abaisse à 2030, mais on salue quand même l’horizon de 2035 », a conclu Stéphane Pascalon, président du Club Tesla Québec.

– Avec la collaboration de Raphäel Pirro


Hier, le ministre fédéral du Transport, Omar Alghabra, a brandi un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) disant que tous les véhicules légers neufs devront être à zéro émission pour atteindre la carboneutralité en 2050.

À VOIR AUSSI...