/opinion/columnists
Navigation

Le ministre Dubé fait face à son plus grand défi

Coup d'oeil sur cet article

Il y a un peu plus d’un an, François Legault a demandé à Christian Dubé de prendre les commandes du gigantesque ministère de la Santé.

À ce moment, M. Dubé savait qu’il allait devoir conjuguer avec les zones de couleurs, le délestage et bien entendu, la vaccination. Après douze mois en poste, M. Dubé devra faire face maintenant au plus important défi, celui de la pénurie du personnel de la santé.

Des urgences fermées

C’est incroyable de penser que des urgences sont présentement fermées au Québec. Par exemple, l’urgence à l’Hôpital de Gatineau est fermée depuis vendredi. Lundi, la fermeture a été prolongée de quarante-huit heures. 

Sur les médias sociaux, M. Dubé a souligné que le problème n’était pas nouveau à Gatineau : « La pénurie de personnel fait mal en Outaouais depuis des années. [...] Les équipes travaillent sans relâche pour rouvrir. Entre-temps, tous les patients sont pris en charge ».

Le problème n’est pas seulement en Outaouais. À 535 kilomètres de Gatineau, l’urgence de l’Hôpital de Baie-Saint-Paul a passé proche de fermer le soir et la nuit jusqu’au 11 septembre.

Au-delà de la pandémie

Il serait bête de penser que la pénurie que nous vivons présentement va se régler comme par magie avec la fin de la pandémie. Le gouvernement doit plancher sur des solutions rapidement. 

On peut penser que les récentes ententes conclues avec d’importants syndicats en santé, dont la FIQ, vont aider à combler la pénurie de personnel. 

Mais ça ne sera pas assez !

Le gouvernement va devoir revaloriser les emplois dans le domaine de la santé. 

Les élus aiment bien dire, avec raison, à quel point nos anges gardiens sont importants, mais les actions n’ont malheureusement pas suivi.

Il faut passer de la parole aux actes dès maintenant en leur offrant des conditions décentes. Ce serait déjà un bon départ.