/news/politics
Navigation

Fête du Canada: Justin Trudeau insiste sur la réconciliation avec les autochtones

Coup d'oeil sur cet article

Dans son message pour la fête du Canada, jeudi, le premier ministre Justin Trudeau a lancé un appel à la réconciliation avec les peuples autochtones ébranlés par la récente découverte de sépultures de centaines d’enfants de leurs communautés sur les sites d’anciens pensionnats dans l’Ouest du pays.

• À lire aussi: La fête du Canada assombrie par le scandale des pensionnats pour Autochtones

• À lire aussi: Pensionnats autochtones: manifestation jeudi à Montréal pour réclamer justice

• À lire aussi: Nouvelle découverte de 182 dépouilles près d'un ancien pensionnat en CB

Mentionnant d’abord que les Canadiens ont fait preuve, durant la pandémie, d’«espoir, d'ardeur au travail, de bienveillance, de résilience et de respect», M. Trudeau a indiqué qu’«aujourd’hui, il est important de célébrer ces valeurs et tout ce que nous avons surmonté». «Cependant, tout en saluant nos réussites, nous devons aussi reconnaître que pour certaines personnes, la fête du Canada n’est pas encore un jour de célébration.»

«Nous ne pouvons pas changer le passé, a-t-il ajouté. Cependant, pour tracer une voie nouvelle et meilleure vers l’avenir, nous devons avoir la ferme volonté de confronter ces vérités. Ensemble, nous avons un long chemin à parcourir afin de rectifier nos torts envers les peuples autochtones. Mais si chacun de nous promet d’accomplir le travail nécessaire – et si nous sommes guidés par ces valeurs fondamentales que sont l’ardeur au travail, la bienveillance, la résilience et le respect – nous pouvons parvenir à la réconciliation et bâtir un Canada meilleur pour tous.»

À la fin mai, les restes de plus de 200 enfants autochtones ont été découverts près d’un pensionnat à Kamloops, en Colombie-Britannique, puis plus de 750 autres sur le site d’un autre ancien pensionnat autochtone en Saskatchewan. Mercredi, on apprenait que plus de 180 autres avaient été localisés près de l’ancien pensionnat St. Eugene, à Cranbrook, en Colombie-Britannique.

Lors d’un point de presse, mercredi, le premier ministre Trudeau a réitéré sa demande au pape de venir au Canada «pour s'excuser directement auprès des peuples autochtones pour ces erreurs du passé».

Une rencontre est déjà prévue à Rome en décembre prochain entre le Saint-Père et des représentants autochtones du Canada. Jusqu’à maintenant, aucune annonce n’a été faite par le Vatican au sujet d’une possible visite du pape au Canada dans la foulée des récentes découvertes sur les sites d’anciens pensionnats dirigés par l’Église catholique.

À VOIR AUSSI: