/news/society
Navigation

U-Haul abandonne des clients la veille du déménagement

Richard Gingras et Roxane Dufresne comptent réaliser un recours collectif contre l’entreprise U-Haul. Ils ont appris mercredi que leur camion de déménagement était annulé. Ils devaient pourtant déménager jeudi.
Courtoisie Richard Gingras et Roxane Dufresne comptent réaliser un recours collectif contre l’entreprise U-Haul. Ils ont appris mercredi que leur camion de déménagement était annulé. Ils devaient pourtant déménager jeudi.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs dizaines de Québécois en furie dénoncent l’entreprise U-Haul qui a annulé la location de leur camion la veille de leur déménagement du 1er juillet.

• À lire aussi: Crise du logement: une journée du déménagement différente cette année

• À lire aussi: Punaises de lit et déménagement: que faire?

• À lire aussi: Un cadeau des policiers pour leur déménagement

«Mon cœur a fait trois tours quand ils nous l’ont annoncé le 30 juin. La dame qui travaille pour U-Haul m’a dit au téléphone qu’elle venait d’annuler 40 autres personnes pour dire qu’ils n'avaient plus de camions. On a dû se démerder», fustige Roxane Dufresne.

Son copain et elle avaient pourtant fait leur réservation il y a plusieurs mois. Le couple a finalement réussi à emménager hier dans sa nouvelle demeure de Trois-Rivières grâce à une autre entreprise qui est venue leur porter secours. Ils affirment avoir mis une croix pour toujours sur la compagnie américaine de location.

«U-Haul nous offre maintenant 50 dollars de rabais en compensation, mais c’est carrément rire de nous. Ça nous a coûté beaucoup de frais. [...] On a vécu beaucoup de stress. Mon copain a déposé une plainte et on envisage de faire un recours collectif parce qu’on sait que plusieurs sont dans la même situation que nous au Québec», confie Roxane Dufresne. 

Le Journal a d’ailleurs récolté hier une quinzaine de témoignages comme celui-ci de partout dans la province. Tous s'entendent pour dire qu’ils ont vécu «l’enfer» cette semaine et demandent maintenant réparation. 

SAUVÉ PAR SES PROCHES

Maryse Beaudry devait aider son fils à déménager hier, dans la ville de Québec, avec un camion U-Haul dont elle n’a jamais vu la couleur. 

«Mon fils, Philippe Elliot, avait réservé le camion depuis plusieurs semaines. Mais ils nous ont appelés la veille du déménagement pour dire qu’ils n’avaient plus de camion pour nous finalement. On était complètement furieux, c’est très ordinaire», critique Mme Beaudry. 

La famille de Maryse Beaudry a appris mercredi que son fils, Philippe Elliot, n'avait plus de camion U-Haul pour son déménagement jeudi. Heureusement, son conjoint a pu aider son fils avec sa petite remorque.
Maryse Beaudry / Courtoisie
La famille de Maryse Beaudry a appris mercredi que son fils, Philippe Elliot, n'avait plus de camion U-Haul pour son déménagement jeudi. Heureusement, son conjoint a pu aider son fils avec sa petite remorque.

Heureusement, son conjoint disposait d’une petite remorque. Il a finalement réalisé le déménagement de son fils. 

«C’était très laborieux. On a réussi parce qu’on n’avait pas beaucoup de distance à faire et il n’y avait pas de pluie. Je pense aux gens qui devaient déménager toute une maison par exemple et qui auraient vécu ça, c’est horrible», tonne Maryse Beaudry.

  • Écoutez l'entrevue avec Charles Tanguay, porte-parole de l’Office de la protection du consommateur sur QUB radio :

 

«MOMENT DE PANIQUE»

Félix Demers, un résident de Longueuil, a réservé pour sa part un camion chez U-Haul en avril dernier pour son déménagement prévu le 1er juillet. 

Félix Demers a appris mercredi que son camion U-Haul de déménagement était annulé. Ils devaient pourtant déménager jeudi. Il ne veut plus jamais utiliser les services de cette entreprise.
Félix Demers / Courtoisie
Félix Demers a appris mercredi que son camion U-Haul de déménagement était annulé. Ils devaient pourtant déménager jeudi. Il ne veut plus jamais utiliser les services de cette entreprise.

Comble du malheur, il a appris deux jours avant le déménagement que sa réservation était annulée puisque la succursale avait fermé ses portes sans l’aviser au cours des dernières semaines. 

«C’était un moment de panique au départ. Après, j’ai appelé U-Haul et on a finalement trouvé un camion à Bromont. Mais le minimum aurait été de m’aviser par courriel à l’avance que la succursale était fermée et que ma réservation était annulée. Plus jamais je ne ferai affaire avec cette compagnie», se plaint M. Demers. 

Patrick Primeau, président de l'entreprise U-Haul de l'Est-du-Québec, admet que «la demande a dépassé l'offre dans certaines régions» de la province. 

«La pandémie de COVID et les restrictions frontalières ont ralenti le flux de circulation vers le Québec en provenance des Maritimes et du Sud, beaucoup plus que d'habitude», indique M. Primeau dans un courriel rédigé uniquement en anglais.