/news/green
Navigation

Colombie-Britannique: loin d’être sortie des flammes

Des feux hors de contrôle continuent de ravager une partie de la province de la Colombie-Britannique

Coup d'oeil sur cet article

Les incendies hors de contrôle se multiplient en Colombie-Britannique, alors qu’on recense au moins deux morts après le passage du feu dévastateur qui a détruit près de 90 % d’un village.

• À lire aussi: Chaleur et feux de forêt: Trudeau promet le soutien du fédéral en Colombie-Britannique

• À lire aussi: Feux de forêt: une évacuée de Kamloops raconte

• À lire aussi: [EN IMAGES] Feux de forêt: un village presque anéanti en Colombie-Britannique

« On a eu de forts déficits de précipitations cet hiver et au début du printemps, conjugués avec des températures qui sont exceptionnelles, alors il y a vraiment tous les ingrédients pour générer des feux de forêt intenses, mais surtout de très grande ampleur », explique Philippe Gachon, chercheur et professeur au département de géographie de l’Université du Québec à Montréal et spécialiste des changements climatiques.

Photo AFP

Mercredi, le village de Lytton a été anéanti à 90 % par les flammes en seulement quelques minutes. Aujourd’hui, il ne reste presque rien de ce petit village de 300 habitants. 

  • Écoutez la porte-parole de la SOPFEU, Josée Poitras, avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:

La coroner en chef de la province, Lisa Lapointe, a annoncé vendredi qu’au moins deux personnes y sont décédées. Plusieurs personnes manquent encore à l’appel, selon les autorités.

Aujourd’hui, la Colombie-Britannique est encore très loin d’être tirée d’affaire. Hier, la province comptait 177 incendies actifs sur l’ensemble de son territoire, dont 59 considérés comme étant « hors de contrôle », selon une carte du gouvernement provincial.

Une quarantaine de pompiers québécois de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) vont être envoyés en renfort. L’armée pourrait également venir prêter main-forte, a annoncé vendredi sur Twitter Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada.

Ça empire

Photo AFP

Sur le terrain, la situation empire, notamment à cause de l’apparition d’un phénomène rare : les pyrocumulus, des nuages orageux qui se forment au-dessus de sources de chaleur intense. Comme ces derniers génèrent de la foudre, ils facilitent la création d’autres brasiers.

Les orages qui se sont formés au-dessus de la Colombie-Britannique et de l’Alberta ont ainsi généré plus de 700 000 éclairs entre mercredi et jeudi, a calculé l’entreprise finlandaise Vaisala, spécialiste de mesures environnementales.

D’après les autorités locales, 70 % de ces incendies auraient été déclenchés par la foudre.

Photo AFP

Et dans les dernières 48 h, 62 nouveaux feux se sont déclarés, indiquait hier le site du Service des incendies de forêts de la Colombie-Britannique.

Selon ce dernier, les feux s’étendent dorénavant sur plus de 600 km2, et 11 ordres d’évacuation dus aux brasiers sont en vigueur dans la région où des milliers d’habitants se retrouvent sans toit. 

Outre les incendies, la vague de chaleur historique sévit encore en Colombie-Britannique et le mercure continue de rester aux alentours des 30 degrés Celsius, selon les prévisions. La semaine dernière, certains endroits ont frôlé les 50 degrés et la chaleur serait à la source de 719 morts subites.

Réchauffement climatique

Photo AFP

Pour Philippe Gachon, la situation est extrêmement préoccupante puisqu’à cause du réchauffement climatique il faut s’attendre à ce que ces catastrophes s’intensifient dans les prochaines années.

« Il y a des phénomènes, comme on voit en ce moment, qu’on n’a jamais vus. Historiquement, il n’y a personne qui a connu une température de 40 degrés en Colombie-Britannique. Ce n’est pas l’Arizona, dans la Vallée de la mort, ou même le Sahara », affirme celui qui tire la sonnette d’alarme.

Selon ce dernier, les dirigeants n’ont pas encore pris l’ampleur des problèmes et des changements à venir, bien que le Canada risque d’être l’un des pays les plus touchés par le réchauffement climatique.

« C’est une ampleur de changements qu’on n’a pas anticipés et on devrait investir de façon majeure dans la recherche pour développer les connaissances des risques parce qu’il faut être capable de mieux se préparer », ajoute M. Gachon.

Légende

(Rouge) Incendies hors de contrôle

(Jaune) Incendies qui se sont déclarés dans les 48 h