/news
Navigation

Pensionnats autochtones : un couple protestera au Centre Bell pendant l’hymne national

Pensionnats autochtones : un couple protestera au Centre Bell pendant l’hymne national
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Un couple de Kahnawake protestera pacifiquement en restant assis pendant l’interprétation de l’hymne national canadien au Centre Bell, lundi, dans la foulée de la découverte de centaines de tombes près d’anciens pensionnats autochtones de l’Ouest canadien.

Le 28 mai dernier, on apprenait la découverte des sépultures de 215 enfants sur le terrain d’un ancien pensionnat autochtone de Kamloops, en Colombie-Britannique. Au mois de juin, ce sont 715 corps non identifiés qui ont été trouvés enterrés anonymement en Saskatchewan, tandis que 182 tombes anonymes ont été trouvées à Lower Kootenay, en Colombie-Britannique, la semaine dernière.

Steve Bonspiel et Krystal Jacobs, respectivement prénommés Soherise et Onawa à la naissance, tenteront ainsi de sensibiliser quelques-uns des 3500 partisans présents dans l’amphithéâtre avant la mise au jeu initial du quatrième match de la finale de la Coupe Stanley entre le Canadien de Montréal et le Lightning de Tampa Bay.

Cette décision, qui n’est pas sans rappeler le mouvement lancé par Colin Kaepernick avec son genou au sol pour soutenir la lutte contre la discrimination raciale aux États-Unis, se veut un appel au dialogue afin d’emmener les gens à se renseigner sur l’histoire des Premières Nations.

«Je pense qu'il s'agit de faire comprendre aux gens, a dit Bonspiel dans une entrevue avec le réseau Sportsnet cette semaine. Le Canadien moyen dira: "pourquoi faites-vous cela? Ce pays est génial", et je répondrai et dirai: "comment savez-vous ce que j'ai vécu? Demandez-moi pourquoi d'une manière gentille et respectueuse et je vous l'expliquerai."»

«En m'asseyant pour l'hymne, j'espère que les gens me parleront. J'espère que les gens comprendront que ce pays est grand et qu'il contient beaucoup de bonnes choses, mais il y a beaucoup de choses profondes et sombres qui n'ont jamais été résolues. J’espère que les gens regarderont au-delà de ce qu’il pense être de l’indignité. Je fais simplement ma petite part pour maintenir la conversation en vie.»