/news/education
Navigation

Des parents bloquent les travaux d’asphaltage d’une cour d’école

Ils réclament un espace de récréation plus vert et mieux aménagé

travaux cour de l'école St-Michel
Photo Daphnée Dion-Viens Les travaux dans la cour de l’école Saint-Michel, à Beauport, ont débuté lundi dernier. Sur la photo, les parents Alexandre Gagné et Élisa Verreault sont accompagnés de leurs enfants respectifs : de gauche à droite, Mathilde, Ann-Clara, Miko et Mahéva.

Coup d'oeil sur cet article

Des parents qui rêvent d’une cour d’école plus verte et mieux aménagée pour leurs enfants ont réussi in extremis à faire suspendre les travaux d’asphaltage qui y étaient prévus, le temps de voir si leur projet peut se concrétiser.

• À lire aussi: Les écoles privées toujours loin devant en matière de numérique

• À lire aussi: La rentrée en présentiel en péril

« Notre cour d’école, on appelle ça une prison », lance Mahéva, 12 ans. 

La cour de l’école primaire Saint-Michel, située dans le secteur Beauport, à Québec, est recouverte d’asphalte et de gravier.

Entourée d’une clôture métallique, elle avait raflé la troisième position du palmarès des pires cours d’école de Québec publié par Le Journal il y a deux ans.

Un comité de réaménagement de la cour avait pourtant été créé à la fin 2019. Mais l’initiative a rapidement été mise sur la glace lorsque la pandémie a bousculé la planète, en mars 2020.

Or à la fin juin, une des mères impliquées dans le comité a appris par hasard que des travaux étaient prévus dans la cour cet été, comprenant notamment son asphaltage complet. 

Un contrat de près de 700 000 $ a été octroyé par le Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries, qui comprend aussi la réfection d’une partie du drain agricole.

Dépassés

« Ça n’a pas de bon sens, on leur offre la même cour d’école qu’avant, mais avec de l’asphalte neuf », déplore Élisa Verreault.

Alexandre Gagné, dont les deux filles fréquentent aussi l’école Saint-Michel, s’étonne qu’on réaménage une cour d’école de la même façon qu’il y a 20 ans, sans aucune consultation, alors que les espaces de récréation qui font une plus grande place à la verdure et à une diversité d’aménagement se multiplient.

Pour donner aux élèves un accès au boisé situé à proximité de l’école, ces parents souhaitent plutôt que le débarcadère où circulent deux autobus soit déplacé. 

Ce réaménagement permettrait aussi d’agrandir la cour de récréation, dont la superficie est trop petite pour le nombre d’élèves qui y jouent, selon les normes établies par le ministère de l’Éducation, affirme Mme Verreault.

Travaux suspendus

Ces parents ont réussi la semaine dernière à obtenir une rencontre avec le Centre de services scolaire, qui a accepté de suspendre les travaux d’asphaltage le temps d’analyser leurs demandes, qui nécessitent une collaboration de la part de la Ville de Québec pour la relocalisation du débarcadère

Les travaux de réfection du drain agricole ont toutefois débuté lundi dernier.

La secrétaire générale du Centre de services scolaire, Martine Chouinard, fait valoir que l’emplacement de l’école et les règles en place à la Ville de Québec limitent les possibilités de réaménagement de la cour d’école.

Les travaux d’entretien, comme la réfection du drain agricole et le réasphaltage, sont des projets distincts de ceux qui visent le réaménagement des cours de récréation, qui sont chapeautés par les écoles, explique Mme Chouinard.

La secrétaire générale s’est par ailleurs montrée étonnée que des parents s’opposent au réasphaltage de la cour.

« Habituellement, les gens sont contents lorsqu’on fait ces travaux-là, ce sont de bonnes nouvelles », laisse-t-elle tomber.

À VOIR AUSSI