/news/coronavirus
Navigation

Des réunions familiales en suspens pour des Québécois vivant à l'étranger

Le maintien de la quarantaine pour les enfants non vaccinés de retour au pays complique la vie des parents

Expatriés
Photo courtoisie Émilie Brouillard et sa famille.

Coup d'oeil sur cet article

Pour des parents québécois vivant à l’étranger, les réunions familiales tant attendues ne pourront pas se concrétiser de sitôt, malgré les nouveaux assouplissements pour les voyageurs entrant au pays. Le maintien de la quarantaine obligatoire pour les enfants non vaccinés reste un obstacle.  

• À lire aussi: La rentrée en présentiel en péril

• À lire aussi: Mesures sanitaires: des disparités qui font jaser

À compter d’aujourd’hui, les voyageurs vaccinés et asymptomatiques retournant au Canada pourront être dispensés de la quarantaine et du séjour obligatoire à l’hôtel. 

Toutefois, la situation se complique pour les parents avec de jeunes enfants, puisque leur progéniture non vaccinée devra quand même s’isoler deux semaines.  

Une situation incohérente aux yeux de Mathieu Milot, originaire de Repentigny et qui demeure en France depuis des années avec sa conjointe et sa fille de trois ans et demi. 

Mathieu Milot et sa famille.
Photo courtoisie
Mathieu Milot et sa famille.

« On trouve que c’est une injustice parce qu’on est des Québécois. On est à l’étranger, mais on est quand même nés au Québec, on est Canadiens. On ne peut pas voir nos parents, notre famille depuis un an et demi », dit-il.  

Problématique

Pour lui, passer deux semaines en quarantaine et une seule semaine avec sa famille n’est pas envisageable. 

Il ne souhaite pas imposer cet isolement à sa fillette, sans mentionner la logistique et les coûts associés. 

« Pour l’enfant aussi c’est cruel. Il n’y a pas de raison. Si on est tous vaccinés dans la famille, si on se teste au départ, à l’arrivée et même régulièrement, le risque est très minime », soutient-il. 

Mettre les enfants en bas âge en quarantaine, alors que les parents vaccinés sont dispensés est un non-sens aussi aux yeux d’Étienne Dupuis, père d’un garçon de quatre ans. 

Ce Québécois et sa conjointe australienne, tous deux chanteurs classiques, vivent en France. 

Il souhaite vivement que son garçon puisse rencontrer son arrière-grand-père de 92 ans bientôt, tout comme M. Milot, qui espère que sa fille pourra passer du temps avec son arrière-grand-père de 98 ans. 

Éloignement difficile 

Émilie Brouillard vivait à Montréal avant de s’expatrier en France, avec son conjoint et leurs deux filles, où ils ont une entreprise. 

Durant la pandémie, « on a tous vécu des hauts et des bas, l’isolement et être loin de sa famille, c’est sûr que ça pèse encore plus », raconte-t-elle. 

La quarantaine obligatoire pour ses enfants de 4 et 6 ans signifie qu’elle doit faire une croix sur des vacances au Québec pour le moment. 

Les fillettes n’ont pas vu leurs grands-parents maternels depuis l’automne 2019. 

L’aînée, « elle me demande sincèrement tous les jours quand est-ce qu’on va à Montréal et quand est-ce qu’on va voir ses grands-parents », mentionne Mme Brouillard.  

La fille d’un an et demi d’Éloïse Pion et de son conjoint, qui vivent dans les Laurentides, n’a jamais vu sa famille paternelle qui vit à Cuba. 

« On n’avait rien prévu pendant nos vacances cet été dans l’espoir qu’on pourrait aller à Cuba, mais on réalise que ça ne sera pas possible. Notre projet est complètement en suspens », dit l’avocate québécoise.  

Un mois complet

Faire une quarantaine d’une semaine en sol cubain puis de deux semaines en sol canadien n’est pas réaliste : « ça implique de prendre un mois de vacances pour passer une semaine avec sa famille là-bas », illustre Mme Pion. 

« C’est pas normal qu’une grand-maman ne puisse pas serrer son enfant dans ses bras ! » regrette-t-elle. 

— Avec Nora T. Lamontagne 

VOYAGEURS VACCINÉS CONTRE LA COVID-19    

À partir d’aujourd’hui, les voyageurs de retour au Canada pourraient être exemptés de la quarantaine si:  

  • Ils sont admissibles à l’entrée au Canada  
  • Ils sont asymptomatiques   
  • Ils sont entièrement vaccinés   
  • Ils respectent les autres exigences incluant l’entrée d’information dans ArriveCAN avant l’arrivée    

Les enfants mineurs qui ne sont pas entièrement vaccinés doivent :  

  • Se placer en quarantaine pendant 14 jours   
  • Respecter toutes les exigences relatives aux tests (sauf s’ils sont âgés de moins de 5 ans).   
  • Ils ne sont pas tenus de séjourner dans un hôtel autorisé par le gouvernement.      

Source : Gouvernement du Canada

À VOIR AUSSI 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres