/news/society
Navigation

Le médecin québécois accusé de meurtre remis en liberté

Brian Nadler
Photo LinkedIn

Coup d'oeil sur cet article

Le médecin québécois accusé du meurtre au premier degré d’un patient de l’hôpital de Hawkesbury, en Ontario, a été remis en liberté lundi sous de multiples conditions.

• À lire aussi: Les preuves s’accumulent contre le médecin québécois accusé de meurtre

Le Dr Brian Nadler, un résident de Dollard-des-Ormeaux dans l’ouest de l’île de Montréal, a dû entre autres verser une caution de 10 000$ pour sortir de prison. L’homme de 35 ans devra aussi demeurer au Canada à une adresse préautorisée par le tribunal. Il ne pourra pratiquer la médecine ni contacter le personnel ou des patients de l’Hôpital général de Hawkesbury.

L’ex-médecin était derrière les barreaux depuis son arrestation le 25 mars dernier. Depuis cette date, sa demande de remise en liberté avait été reportée à six reprises au palais de justice de L’Orignal, une municipalité voisine de Hawkesbury.

Joint par courriel par l’Agence QMI, son avocat, Me Brian Greenspan, a refusé pour le moment de commenter le dossier de son client.

Meurtres présumés

Le Dr Brian Nadler fait face à des accusations de meurtre prémédité d’Albert Poidinger, un homme de 89 ans de Pointe-Claire. Cinq autres patients atteints de COVID-19 pourraient aussi avoir été victimes de ses gestes. Les enquêteurs de la Police provinciale de l’Ontario se pencheraient notamment sur les médicaments qu’il aurait utilisés auprès de ces personnes.

Depuis les événements, le Collège des médecins et chirurgiens de l’Ontario a suspendu le permis d’exercice de Brian Nadler. Rappelons qu’il avait aussi été doublement blâmé en 2018 pour conduite non professionnelle par le Collège des médecins et chirurgiens de la Saskatchewan, alors qu’il exerçait à l’hôpital St. Paul, à Saskatoon.

Bien qu’il ait fait des études à l’Université McGill, Brian Nadler n’a jamais été enregistré au sein du Collège des médecins du Québec.