/qubradio
Navigation

Konrad Sioui salue l'arrivée en poste de «sa grande amie» Mary Simon

Konrad Sioui salue l'arrivée en poste de «sa grande amie» Mary Simon
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coup d'oeil sur cet article

Konrad Sioui croit dur comme fer que le choix de nommer Mary Simon au poste de Gouverneure générale est le meilleur coup que le gouvernement Trudeau aurait pu faire. 

Invité à QUB radio, l’ancien grand chef de la nation huronne-wendat ne cachait pas son enthousiasme pour parler «sa grande amie» des quarante dernières années.

«Mary je l’ai connu j’étais jeune[..], on voyait déjà que c’était une grande leader. C’est un grand honneur pour le Canada, pour le monde entier, c’est incroyable», a-t-il affirmé au micro de Vincent Dessureault.

Ce dernier est aussi d’avis que les Québécois pardonneront vite à Mme Simon de ne pas parler français.

«Avant René Lévesque, personne ne s’occupait des Inuits. Il les prenait et les envoyait dans des pensionnats fédéraux où ça ne parlait que l’anglais alors on ne peut pas blâmer Mary de ne pas parler le français, ça a été circonstanciel», s'est exprimé M. Sioui.

Sa prédécesseure, Julie Payette, avait quitté son poste après des révélations sur la manière dont elle conduisait ses relations de travail. Selon l’ancien grand chef de la nation huronne-wendat, Mary Simon ne marchera pas dans ses pas, loin de là.

«Elle va prendre soin de ses employés, elle va prendre soin de son monde autour d’elle», assure Konrad Sioui. Mary n’ambitionne sur rien. Elle vient d’un monde modeste et puis elle est restée modeste, elle est restée humble. Elle va prendre soin du trésor public comme de la prunelle de ses yeux», a-t-il ajouté.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions