/finance/business
Navigation

Les panneaux d’Hydro fabriqués en Chine dans des camps de travail?

Le fabricant Jinko Solar pointé du doigt par les défenseurs des droits de la personne

GEN-Inauguration de deux premières centrales solaire à La Prairie
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Pas moins de 85 % des 30 000 panneaux des parcs solaires d’Hydro-Québec à La Prairie (ci-dessus) et à Varennes ont été fabriqués par une société soupçonnée de profiter du labeur de détenus de camps de travail.

Coup d'oeil sur cet article

Les deux premiers parcs solaires d’Hydro-Québec, inaugurés il y a 15 jours en Montérégie, sont équipés de panneaux solaires fabriqués par une société chinoise, Jinko Solar, soupçonnée de recourir aux camps de travail forcé ciblant la minorité ouïghoure.

Depuis le début de l’année, au moins deux rapports d’enquête, l’un américain et l’autre britannique, ont identifié Jinko Solar au nombre des entreprises de fabrication de panneaux solaires de la région du Xinjiang en Chine qui tireraient profit du travail de membres de minorités ethniques persécutées.

  • Écoutez l'analyse d'Alexandre Moranville-Ouellet avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:

Or, Le Journal a appris que c’est à cette même société qu’Hydro-Québec a choisi, après recommandation de Borea Construction, une filiale de Pomerleau, de commander la quasi-totalité des 30 000 panneaux photovoltaïques installés dans ses parcs de La Prairie et de Varennes.

Ces parcs solaires, inaugurés le 21 juin en présence du ministre de l’Énergie, Jonatan Julien, ont nécessité des investissements de 40 millions de dollars pour une puissance installée combinée de 9,5 mégawatts, soit suffisamment pour répondre aux besoins de 1000 ménages.

D’une superficie de 150 000 m2, le site de La Prairie regroupe pas moins de 26 000 panneaux solaires. 

Celui de Varennes en compte 4600. 

Du nombre, plus de 85 % ont été achetés de Jinko, un important manufacturier de panneaux solaires en Chine. 

  •  Écoutez la chronique économique de Sylvain Larocque, Journaliste économique sur QUB radio :   

 

Minorités opprimées exploitées

Selon un rapport d’Horizon Advisory, un consultant de Washington cité par le New York Times en janvier, l’industrie de l’énergie solaire de la région du Xianjiang est liée à un vaste programme de travail assigné, dont les caractéristiques s’apparentent à celles du travail forcé. 

Jinko Solar figure sur la liste des manufacturiers soupçonnés par Horizon Advisory de bénéficier du travail des détenus de ces camps. Outre Jinko, sont aussi nommés East Hope Group, Daqo New Energy, GCL-Poly, et Xinte Energy. La Chine nie l’existence de camps de travail, préférant parler de camps de « rééducation ».

Une autre étude a été produite ce printemps sur le même sujet par le Centre de justice international Helena Kennedy, de la Sheffield Hallam University, en Grande-Bretagne. Intitulé In Broad Daylight, le rapport documente l’existence du travail forcé des minorités ouïghoures dans la chaîne globale d’approvisionnement de l’industrie des panneaux solaires.

Le cas de Jinko Solar y est non seulement cité, mais il fait l’objet de passages complets du rapport. Pour ses auteurs, ce conglomérat fait bel et bien partie des entreprises du Xianjiang profitant du travail forcé, que ce soit dans leurs propres usines ou celles de leurs fournisseurs.

La PDG d’Hydro Sophie Brochu.
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
La PDG d’Hydro Sophie Brochu.

La grande patronne d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, n’était pas disponible pour répondre à nos questions, pas plus que David Murray, le vice-président responsable de la filière solaire. 

LA SOCIÉTÉ D’ÉTAT PLAIDE L’IGNORANCE ET FAIT SON MEA CULPA

Hydro-Québec est formelle ; si elle avait eu vent du recours possible à du travail forcé dans la fabrication des panneaux solaires de son fournisseur, nul doute qu’elle se serait approvisionnée ailleurs.

« Ces allégations sont choquantes et nous condamnons dans les termes les plus forts ce genre de pratique », a déclaré le porte-parole d’Hydro, Francis Labbé. Nous n’aurions pas fait affaire avec cette compagnie si nous avions été au fait de ces allégations au moment de l’acquisition de ces panneaux. »

C’est en ces termes que la société d’État a réagi lorsqu’informée par Le Journal des informations visant Jinko Solar, cette entreprise choisie par Hydro-Québec pour équiper ses parcs solaires de La Prairie et Varennes. 

Deux rapports 

Depuis le début de l’année, au moins deux rapports d’enquête – l’un américain et l’autre britannique – suggèrent que Jinko Solar tire profit du travail forcé de membres de minorités ethniques dans la région autonome du Xianjiang en Chine.

Ces études s’ajoutent à une série de rapports pointant des industries ou entreprises accusées de recourir au travail forcé des Ouïghours et autres minorités ethniques, que ce soit dans leurs propres usines ou celles de leurs fournisseurs.

La pdg d’Hydro, Sophie Brochu, et son vp responsable du solaire, David Murray, n’étaient pas disponibles pour répondre à nos questions. Par la voie de son porte-parole, Hydro explique que les panneaux ont été acquis en décembre 2019 et janvier 2020 par Borea Construction, filiale de Pomerleau, chargée de l’approvisionnement de ses centrales solaires.

Ainsi, lorsque les rapports d’enquête sur la chaîne d’approvisionnement de l’industrie solaire ont commencé à circuler, les panneaux avaient déjà été reçus et installés, dit-il. « Les désinstaller et les renvoyer au fabricant n’aurait pas été une décision judicieuse au plan économique ni au plan environnemental [...] Toutefois, soyez assurés que nous serons extrêmement vigilants si nous devions faire l’acquisition de nouveaux panneaux. »

À l’instar d’Hydro, la direction de Borea plaide l’ignorance pour justifier sa recommandation d’achat des produits de Jinko à Hydro-Québec. Dans une déclaration écrite, acheminée en toute fin de journée lundi, Marc Richard, vice-président principal de Borea Construction, a fait l’aveu suivant : «Nous n’étions pas au fait des récentes allégations qui pèsent contre Jinko Solar au moment de la commande pour le projet», avant d’ajouter que s’ils l’avaient été, les panneaux n’auraient pas été achetés auprès de cette entreprise.

À VOIR AUSSI     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.