/news/society
Navigation

Mobilisation pour un «ange gardien» menacé d’expulsion

Mobilisation pour un «ange gardien» menacé d’expulsion
Photo Agence QMI, Félix Lacerte-Gauthier

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs personnalités politiques ont manifesté devant le bureau du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, à Montréal, pour demander la régularisation du statut d’immigration de Mamadou Konaté, un «ange gardien» menacé d’expulsion.

• À lire aussi: Un travailleur sans statut ayant lutté contre la COVID-19 menacé de déportation

«Si on déporte quelqu’un comme [lui], on fait dur, comme pays et comme société. On devrait avoir honte», s’est insurgé Alexandre Boulerice, député pour le NPD dans la circonscription de Rosemont–La Petite-Patrie.

Mobilisation pour un «ange gardien» menacé d’expulsion
Photo Agence QMI, Félix Lacerte-Gauthier

Il a également dénoncé l’inaction, dans le dossier, du ministre de l’Immigration du Canada, Marco Mendicino.

«Elle est où, leur ouverture, leur tolérance, le fait qu’on veuille que le pays soit une terre d’accueil, si on est incapable de garder quelqu’un comme [lui] qui a contribué à notre société?» a renchéri M. Boulerice.

Originaire de la Côte d’Ivoire, M. Konaté vit au Québec depuis quatre ans, après avoir fui la guerre civile dans son pays. Pendant la crise de la COVID-19, il a travaillé au front en tant que préposé à l’entretien dans des CHSLD situés en zone rouge, et a lui-même contracté le virus.

«Il est inadmissible parce qu’il vient d’un pays où il y a une guerre civile et qu’il a pris les armes d’un côté. Selon cette clause, Nelson Mandela serait inadmissible au Canada», a expliqué son avocat, Me Stewart Istvanffy, qui a ajouté que son client est un immigrant modèle, qui s’est bien intégré dans la société.

De son côté, M. Konaté a rappelé qu’il était loin d’être le seul dans une situation semblable au Québec.

«Nous sommes bons pour travailler, mais jamais assez pour obtenir la dignité et le respect», s’est-il désolé.

À VOIR AUSSI