/news/currentevents
Navigation

Procès de Guy Dion et Marie-Josée Viau: un tueur sous contrôle policier après être devenu délateur

L’assassin aurait grandement aidé à coincer ses complices allégués

Centre judiciaire Gouin
Photo Chantal Poirier Guy Dion et Marie-Josée Viau à leur arrivée au Centre judiciaire Gouin, mardi.

Coup d'oeil sur cet article

Un tueur à gages qui aurait assassiné deux frères en Montérégie a été placé sous un strict contrôle policier quand il a retourné sa veste afin de devenir délateur, a expliqué un sergent au procès d’un couple accusé de meurtre.

« Son niveau de liberté a beaucoup diminué. À partir du moment qu’il veut collaborer, il doit avertir de ses déplacements, dire qui il rencontre, et pourquoi. Nous étions son moyen de transport, sauf pour quelques scénarios [d’infiltration] », a expliqué le sergent superviseur Stéphane Malenfant, mardi, au Centre judiciaire Gouin, à Montréal.

Le policier témoignait au procès de Marie-Josée Viau et Guy Dion, un couple accusé d’avoir aidé un tueur de la mafia à assassiner les frères Vincenzo et Giuseppe Falduto à leur domicile de Saint-Jude, puis d’avoir incinéré les cadavres, en juin 2016. 

Or, si les policiers ont nagé en plein mystère, l’enquête semble avoir débloqué trois ans plus tard, quand le tueur s’est lui-même livré aux autorités pour devenir agent civil d’infiltration. 

« On a passé en moyenne six jours par semaine avec lui, et au septième, on était en communication avec », a dit le sergent Malenfant en expliquant que la collaboration a duré neuf mois.

Payant

Et il semble que l’opération a été un succès, puisque la Couronne affirme avoir obtenu de la preuve incriminante à la suite de plusieurs scénarios d’infiltration.

« Vous entendrez comment [les accusés] s’y sont pris pour brûler les corps [...], puis quand ils se sont plaints de ne pas avoir reçu leur paiement », avait expliqué la procureure Isabelle Poulin à l’ouverture du procès.

Ces enregistrements devraient être présentés au jury au cours du procès, tandis que le délateur devrait aussi témoigner.

Plus tôt dans la journée de mardi, la sœur de Viau a expliqué avoir présenté un accompagnateur du tueur à son aînée, un an avant les meurtres allégués. L’accusée a d’ailleurs paru émotive quand la témoin a expliqué qu’elles ne se parlaient plus depuis cinq ans.

Le procès se poursuit mercredi.