/entertainment/tv
Navigation

Anaïs Guertin-Lacroix, à la télé comme un poisson dans l’eau

Anaïs Guertin-Lacroix, à la télé comme un poisson dans l’eau
PHOTO COURTOISIE/Avril Franco

Coup d'oeil sur cet article

Grande amoureuse de la culture, Anaïs Guertin-Lacroix se pince tant elle est heureuse: elle travaille cet été sept jours sur sept, avec des chroniques d’arts et spectacles à QUB radio en semaine et à LCN le week-end. Et c’est sans compter un autre projet de télévision qui l’attend à l’automne, et dont elle ne peut souffler mot pour l’instant... 

Au microphone de QUB radio comme devant la caméra de LCN, Anaïs Guertin-Lacroix a l’impression d’être chez elle tant elle aime son métier et que celui-ci coule de source pour elle. La petite fille et l’adolescente qu’elle fut jadis, qui écrivait des pièces de théâtre à l’école primaire, qui enregistrait de fausses émissions de radio sur de vieilles cassettes et qui comptait les dodos avant la prochaine édition d’Osheaga, n’est jamais bien loin chez la reporter de 33 ans au sourire contagieux.

«Ça fait tellement longtemps que j’attends ça, j’ai tellement travaillé fort et fait mes classes pendant 13 ans, que je me sens tout à fait dans mon élément. Il y a quelques années, j’étais gênée quand j’allais à TVA, mais je n’ai pas le syndrome de l’imposteur parce que j’ai vraiment travaillé fort. Je ne veux pas avoir l’air prétentieuse; je suis stressée quand je suis en ondes, mais c’est vraiment un terrain de jeu», a expliqué celle qui a œuvré pendant sept ans à MétéoMédia et sur des plateformes web avant d’être recrutée par QUB radio en 2018.

Après la pandémie

Son mandat de journaliste culturelle revêt une importance toute particulière, à l’approche d’une sortie de pandémie qui a drôlement malmené nos créateurs, lesquels ont subi un arrêt de travail forcé pendant plusieurs mois.

Anaïs a elle-même eu la chance, dit-elle, de «travailler comme une folle» pendant la crise sanitaire, à QUB radio, avec ses interventions quotidiennes et son balado «Culture d’ici». Elle a ainsi dû concilier famille et boulot, avec la présence constante de son fils adoré de 3 ans dans les parages.

«Je ne suis pas faite pour le télétravail», a admis en riant cette habituée des premières et des lancements. Aujourd’hui, la communicatrice tient à braquer les projecteurs sur les artistes qui ont des œuvres à faire rayonner.

«Je n’ai pas envie de nécessairement parler de la pandémie en ondes, a précisé Anaïs. Les artistes ont dit ce qu’ils avaient à dire sur le sujet, et maintenant, je veux parler de ce qui s’en vient et mettre la lumière sur nos artistes. Ils ont tellement été généreux et résilients dans la dernière année! Certains m’ont confié qu’ils n’auraient pas le choix de retourner travailler chez Rona, par exemple, parce qu’ils n’ont plus d’argent. Je ressens cette vulnérabilité des artistes et je veux en prendre soin, en parlant de ce qui s’en vient pour eux.»

On peut entendre Anaïs Guertin-Lacroix aux émissions de Danny St Pierre et de Vincent Dessureault à QUB radio, et aux bulletins de nouvelles de LCN le week-end.

Les coups de cœur culturels récents d’Anaïs Guertin-Lacroix

Le livre «Mister Big ou la glorification des amours toxiques», d’India Desjardins: «Je l’ai lu, relu et relu», a-t-elle avoué.

Les séries «Si on s’aimait» et «M’entends-tu?»: «Je regardais "Si on s’aimait" avec mon "chum". C’est drôle, mais ça nous a vraiment fait du bien! Les cotes d’écoute ont été incroyables, cette année. Pendant la pandémie, on a consommé des trucs plus légers. Et avec "M’entends-tu?", j’ai pleuré ma vie!»

L’album «Toute beauté n’est pas perdue», de Vincent Vallières. «J’adore Vincent Vallières tout court, il est tellement sympathique. Son dernier album, qui inclut la chanson "Tout n’est pas pour toujours", avec Marjo, est formidable.»

«J’ai aussi hâte de voir "Dune", de Denis Villeneuve, et Les Cowboys Fringants au Centre Bell!», a conclu Anaïs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.