/finance/opinion/columnists
Navigation

Bourse: toute une performance du Québec inc.!

Coup d'oeil sur cet article

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les deux indices boursiers du Québec inc. ont battu d’aplomb les grands indices boursiers internationaux lors des 15 mois de la pandémie allant du 1er avril 2020 au 30 juin dernier.

L’indice Québec 30 (IQ-30), représentant 30 « grandes » entreprises inscrites à la Bourse de Toronto, mais dont le siège social est au Québec, a grimpé de 50 %. Mieux encore, l’indice Québec 120 (IQ-120), composé de 120 sociétés québécoises cotées en Bourse, a explosé pour sa part de 63 %. 

Il y avait deux façons de bénéficier de ces rendements extraordinaires, soit acquérir des parts du fonds « CI Morningstar National Bank Quebec » qui se négocie à la Bourse torontoise sous le symbole QXM, soit investir dans les Obligations boursières d’Épargne Placements Québec, lesquelles sont un copier-coller de l’indice IQ-30.

Le fonds QXM des titres québécois s’est apprécié de 63 % lors des 15 mois de la fichue pandémie de COVID-19. Pour sa part, l’émission des Obligations boursières du 17 mars 2020 a accumulé un rendement de 55 % en date du 30 juin dernier.

LA BOURSE CANADIENNE  

De tous les grands indices boursiers dans le monde, c’est le S&P/TSX de la Bourse de Toronto qui affiche, en dollars canadiens, le plus gros rendement des 15 derniers mois, soit du début de la pandémie jusqu’à la fin de juin 2021. 

Selon les données compilées par la firme Aubin Actuaire Conseil, le baromètre de la Bourse canadienne a rapporté un rendement (avec dividendes) de 43,1 % au cours de la période du 1er avril 2020 au 30 juin dernier.

Le S&P/TSX de Toronto a dépassé son plus proche concurrent par 6,1 points de pourcentage. C’est toute une performance quand on sait que ledit concurrent est le plus important indice boursier au monde, soit le S&P 500 (Bourse de New York et Nasdaq). 

L’indice américain a bouclé les 15 derniers mois avec un rendement en dollars canadiens de 37 %. Parenthèse : il est important de préciser ici que le dollar américain s’est déprécié par rapport à la devise canadienne de quelque 11 % lors de cette période. Cela explique pourquoi son rendement en dollars américains de 52,7 % a fondu à 37 %, une fois converti en dollars canadiens.  

LES BOURSES ÉTRANGÈRES

Si vous avez investi une portion de vos épargnes dans des fonds ou des titres négociés ailleurs dans le monde, voici le rendement que vous êtes susceptible d’avoir accumulé lors des 15 derniers mois. 

  • Indice MSCI Monde : + 34,2 % 
  • Indice MSCI Monde (sauf États-Unis) : + 26,4 % 
  • Indice MSCI EAEO (Europe, Australasie, Extrême-Orient) : + 25,1 % 
  • Indice MSCI Europe : + 27,5 % 
  • Indice MSCI Pacifique (Japon, Australie, Hong Kong, etc.) : + 21,0 %  
  • Indice MSCI Marchés émergents (Chine, Inde, Russie, Mexique, etc.) : + 34,4 %   

En passant, je vous rappelle qu’il est possible, pour le commun des épargnants, d’investir directement dans tous les indices boursiers précédents. Comment ? Par l’entremise des FNB (fonds négociés en Bourse) qui copient la composition desdits indices boursiers.  

Évidemment, plus la Bourse grimpe, plus le niveau de risque augmente !