/news/coronavirus
Navigation

Un passeport vaccinal dès le 1er septembre, si la situation sanitaire se dégrade

Cet outil sera toutefois utilisé seulement si la situation se détériore dans certaines régions, dit le ministre Dubé

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault a confirmé la mise en place d’un passeport vaccinal dès le 1er septembre, date à laquelle tous les Québécois devraient avoir eu accès à deux doses de vaccin.

• À lire aussi: COVID-19: 64 nouveaux cas et 10 décès de plus au Québec

• À lire aussi: Le variant Lambda détecté au Québec

• À lire aussi: «Il ne faut pas présumer que nous avons enrayé la pandémie», dit la Dre Tam

Mais cet outil sera utilisé « si, et seulement si » la situation épidémiologique se détériorait dans certaines régions, a insisté le ministre Christian Dubé, jeudi. Ainsi, Québec souhaite encourager la population à se faire vacciner et éviter de devoir refermer certains secteurs non essentiels en cas de quatrième vague. La pression s’accentue sur les jeunes adultes qui tardent à relever la manche.   

  • Écoutez l'entrevue du chercheur en immunologie à la faculté de médecine de l’Université de Montréal, André Veillette, avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:   

Pour les bars, les restaurants et les gyms

Photo Martin Alarie

Même si les détails de l’utilisation du passeport vaccinal restent à préciser, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a donné une idée des endroits où il pourrait être exigé. 

D’abord, pour les activités à « risque élevé » regroupant un nombre limité de personnes comme dans les gyms, les bars, les restaurants et pour pratiquer des sports d’équipe. 

Puis pour celles « à risque modéré ou faible » regroupant un plus grand nombre de personnes, c’est-à-dire les spectacles, les festivals, les matchs sportifs, etc.

Seulement si ça va mal

Le passeport vaccinal serait mis en application seulement en cas d’éclosion ou d’une remontée des cas de COVID-19 à l’automne prochain, a insisté Christian Dubé, jeudi. Il pourrait être exigé de façon ciblée dans une sous-région particulièrement affectée. Dans un scénario catastrophe, Québec pourrait ainsi éviter de devoir fermer à nouveau plusieurs secteurs de l’économie. «Avec la vaccination, on a trouvé une alternative au confinement généralisé», a expliqué le ministre. Mon plus grand souhait, c’est de vacciner le plus de monde possible durant l’été pour ne pas en avoir besoin.»     

  • Écoutez la chronique de Marc-André Leclerc, chroniqueur au Journal de Montréal et de Québec, sur QUB radio:    

Des lecteurs fournis aux commerçants

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Tout comme pour le port du masque et les autres mesures sanitaires, Québec s’en remettra aux commerçants pour assurer la vérification du passeport vaccinal. Pour ce faire, le gouvernement devrait fournir des lecteurs numériques qui leur permettront de scanner les codes QR envoyés aux individus une fois leur deuxième dose reçue. 

« Les commerçants aiment mieux faire ça que d’avoir des commerces fermés », croit le ministre Christian Dubé.

Pas à l’école

Photo d'archives

Les étudiants pourront se rendre sur les campus, qu’ils soient vaccinés ou non. Québec considère l’éducation comme un « service essentiel », mais des discussions se poursuivent au sujet des activités parascolaires qui, elles, pourraient être réservées aux doublements vaccinés. 

« On est en train de regarder où cette ligne pourrait être tracée, comment on pourrait se limiter aux activités essentielles, a précisé à cet effet le ministre Christian Dubé. Moi je pense que si j’étais un jeune, je m’assurerais d’avoir accès à mes deux doses pour pouvoir participer. »

Un message destiné aux jeunes

Le ministre Christian Dubé s’est adressé particulièrement aux jeunes de 18 à 39 ans des régions de Montréal, de Laval et de l’Outaouais. « N’attendez pas de vous faire refuser l’accès aux bars si la situation se détériorait », leur a-t-il lancé, jeudi, pour les inciter à se faire vacciner de deux doses d’ici le 1er septembre. En comptant les quelques semaines de délai entre les deux doses, il devient de plus en plus « urgent » de recevoir sa première dose, a-t-il insisté. En date du 7 juillet, 68,1 % des 18-39 ans avaient reçu une première dose de vaccin et seulement 15,7 % sont pleinement vaccinés. En comparaison, 71,6 % des Québécois ont eu une dose et 36,1 %, deux. 


LIRE LES CHRONIQUES DU JOUR SUR LE SUJET : 


Des réactions mitigées dans l’industrie  

Fini les fermetures de gyms

Claire Tremblay, présidente d’Énergie Cardio
Photo Martin Alarie
Claire Tremblay, présidente d’Énergie Cardio

L’implantation d’un passeport vaccinal permettra au moins d’éviter une énième fermeture des gyms, espèrent plusieurs dans l’industrie. 

« C’est réconfortant, on comprend dans le discours de M. [Christian] Dubé qu’on n’envisage pas d’autre fermeture », se réjouit Claire Tremblay, la présidente d’Énergie Cardio. 

Les 27 gyms de la chaîne seraient même équipés pour scanner les codes QR des clients demain matin s’il le fallait. 

« C’est important de garder ça simple et agréable : ils présenteront une [...] fois seulement la preuve vaccinale », explique-t-elle. 

  • Écoutez Gabriel Hardy, porte-parole provincial du Conseil canadien de l’industrie du conditionnement physique, sur QUB radio:

Pour le propriétaire du Maxi-Forme Fitness, Vincent Drolet, il ne s’agissait que de la suite logique des choses après que le gouvernement eut annoncé ne plus vouloir fermer les commerces non essentiels. 

« C’est certain que c’est rassurant en cas d’une nouvelle vague, mais c’est sûr que les gens vont tout de même avoir des réserves. »

Le propriétaire de CrossFit Sainte-Foy, Sébastien Cayer, attend surtout des précisions. « Il y a toujours quelqu’un qui est “l’exception” et j’ai hâte de voir comment tout ça va être encadré ».

D’autres entrepreneurs y voient néanmoins une discrimination. « Beaucoup de nos membres ne veulent pas être vaccinés, et je respecte ce choix », affirme Alex Colombo, propriétaire des gyms Fit Forme, qui hésite encore à recevoir sa première dose et qui craint des pertes financières si le passeport vaccinal devenait obligatoire. 

— Nora T. Lamontagne et Marianne Lesage 

Des bars craignent des conflits

Yves Ledoux, propriétaire du Pub Galway
Photo Marianne Lesage
Yves Ledoux, propriétaire du Pub Galway

Plusieurs propriétaires de bars redoutent déjà la logistique entourant la vérification du passeport vaccinal de chaque client, alors que les employés se font déjà rares. 

« C’est pas mal mieux que d’être fermé, mais ça reste une charge de travail supplémentaire », soupire Renaud Poulin, à la tête de la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec. 

« Ce que je trouve dommage, c’est le passage de la responsabilité vers notre industrie », renchérit Kyle Fowler, propriétaire du bar Fitzroy, à Montréal, qui entrevoit des frictions entre employés et clients non vaccinés insistants. 

« Si la personne résiste, ça crée un conflit que je dois gérer au risque d’avoir une mauvaise [référence] sur les réseaux sociaux », illustre-t-il.

Ce dernier espère toutefois que la perspective de pouvoir prendre un verre entre amis motivera les 18-30 ans à recevoir les deux doses du vaccin, histoire que la fête reprenne comme avant. 

À Québec, le propriétaire du Pub Galway de la rue Cartier, Yves Ledoux, voyait le bon côté de cette nouvelle mesure. « C’est sûr que si ça peut nous permettre de garder notre clientèle et de rester ouverts, je ne vois pas pourquoi ce serait un problème », a-t-il lancé. 

— Nora T. Lamontagne et Marianne Lesage 

Des diffuseurs sur leurs gardes

Julie-Anne Richard, directrice de RIDEAU
Photo d'archives
Julie-Anne Richard, directrice de RIDEAU

L’idée d’un passeport vaccinal a été accueillie avec une certaine réserve par les salles de spectacle. 

« Si ça peut rassurer la clientèle et les inciter davantage à venir s’asseoir dans une salle de spectacles, tant mieux [...]. Par contre, tout le monde ne sera pas d’accord avec une telle mesure [...]. Comment réagirons-nous face à quelqu’un qui a acheté ses billets depuis un an et qui se voit privé de voir son artiste favori au mois d’octobre parce qu’il a décidé qu’il ne croit pas au vaccin ? Nous espérons qu’un cadre sera clairement établi », indique Julie-Anne Richard, la directrice de l’organisme RIDEAU, qui représente des centaines de lieux de diffusion en province. Du côté du Théâtre du Vieux-Terrebonne, la directrice générale et artistique Louise Martin se dit prête à se conformer à cette nouvelle consigne gouvernementale, malgré les défis qu’elle pourrait engendrer.

« Ça risque d’être assez complexe. Mais si c’est le prix à payer pour pouvoir rester ouvert, on va s’adapter », avance Louise Martin.

– Bruno Lapointe et Cédric Bélanger

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres