/opinion/blogs/mechantsraisins
Navigation

Chablis, parfaits vins d'été

Coup d'oeil sur cet article

Il n’est pas rare d’entendre : « je n’aime pas le chardonnay, mais j’aime le chablis » ! C’est probablement le plus beau compliment qu’on puisse faire aux vignerons de cette région.

C’est probablement à Chablis que le chardonnay trouve son expression la plus pure. Si l’on veut synthétiser l’archétype chablisien, on dira que c’est un vin à la robe limpide, blanche aux reflets brillants et verdoyants. Il affiche un profil droit et cristallin, une acidité vive qui vient cintrer une matière pouvant être riche, ce qui participe à faire naître une tension qu’on ne trouve presque nulle part ailleurs. Et puis, évidemment, il y a cette palette aromatique dominée par des notes salines qui nous rappellent son sol kimméridgien ; une formation géologique de calcaires et de marnes dans laquelle est emprisonnée l’Exogyra virgula, ces fameuses coquilles d’huîtres fossilisées. Il en résulte un vin incroyablement rafraîchissant, souvent complexe et, surtout, parfait pour étancher la soif les jours d’été.

En voici cinq à ne pas manquer !  

La Chablisienne, La Sereine 2020

24,05 $
Photo courtoisie
24,05 $

Chablis 13 %  

1,5 g/L | ★★★ | $$ 1/2

Code SAQ : 565598

L’un des moins chers à la SAQ. Cette cave coopérative regroupe près de 300 producteurs et plus de 1700 hectares de vignes répartis sur une quinzaine de premiers crus et six des sept grands crus avec, comme porte-étendard, le fameux Château Grenouilles. La qualité est toujours aussi irréprochable pour cette cuvée d’entrée de gamme. Belle intensité aromatique avec des notes de pêche, d’iode et de fleur blanche. Matière assez ample, c’est vif et d’une longueur appréciable. 

Nicolas Potel, Chablis 2020

27,40 $
Photo courtoisie
27,40 $

12,5 % 

2 g/L | ★★★ | $$$

Code SAQ : 14045171

Belle surprise pour ce chablis provenant de l’activité de négoce de la maison Nicolas Potel. Un chablis « text book » comme disent les Anglos. On devine facilement au nez les tonalités de cailloux, d’agrume et de pomme. Un fruité nourri en bouche avec un vin qui reste délicat par son acidité fine et sa finale crayeuse. C’est vif, droit et tout en fraîcheur. 

Domaine Laroche, Chablis premier cru, Les Montmains 2019

41,50 $
Photo courtoisie
41,50 $

12 %

2,4 g/L | ★★★ 1/2 | $$$ 1/2

Code SAQ : 13047641

Les vins de ce très bon domaine ont habituellement des profils plus « policés ». L’acidité est plus lissée et la texture est axée sur la gourmandise du fruité. C’est précisément le cas ici avec ce Montmains, l’un des plus importants premiers crus qui se distingue par son sol argileux. Profitant d’un excellent millésime, le vin se montre charmeur avec des notes de fruits blancs mûrs et de coquillage. La bouche est élégante, fine et tout en fruit. Déjà irrésistible, il devrait se bonifier au courant des 4 à 5 prochaines années.  

Domaine de Mauperthuis, Pinot Noir Grande Réserve 2019 bourgogne

Photo courtoisie

12,5 %

1,7 g/L | ★★★ | $$$

Code SAQ : 13740551

Du chablis rouge ? Pas exactement. Seul le chardonnay, un cépage blanc, est autorisé à porter la mention « chablis ». On peut faire pousser du pinot noir, mais ce dernier sera mis en bouteille avec la simple mention « bourgogne », comme c’est le cas ici. Ce petit domaine familial y ajoute aussi du césar, un cépage assez rare provenant du croisement naturel entre le pinot noir et l’argant du jura. Il en résulte un vin à la robe pâle et lumineuse. Cerise, griotte et herbe au nez. C’est léger et velouté. Du beau glouglou à servir frais cet été !  

Corinne et Jean Pierre Grossot, Chablis premier cru Les Fourneaux 2018

48,75 $
Photo courtoisie
48,75 $

13 %

n.d. g/L | ★★★★ | $$$$

Code SAQ : 14674410

Domaine familial qui travaille en bio sans être officiellement certifié. On est sur un style de vin plus traditionnel, plus austère et tendu en jeunesse avec une « minéralité » – le côté caillouteux/crayeux/laine mouillée – qui s’exprime sans détour. Comme son nom l’indique, Les Fourneaux désigne un « climat » chaud. Le vin se révèle charnu tout en gardant ce qu’il faut de tension et d’élégance. Des tonalités de mandarine et de sapinage. N’hésitez pas à lui donner un peu d’air (tout en sachant qu’il devrait donner le meilleur de lui-même dans 2 ou 3 ans).