/news/education
Navigation

Des capteurs de CO2 dans les écoles privées d’ici un an

Coup d'oeil sur cet article

Québec exigerait que tous les établissements privés de la province soient munis de capteurs de CO2 informatisés d’ici la fin de l’année scolaire 2021-2022.

Dans une lettre envoyée vendredi aux directions d’écoles privées, le sous-ministre adjoint de l’enseignement privé, Éric Bergeron, précise que toutes les classes, bibliothèques, gymnases et autres locaux fréquentés par les élèves devront en être équipés avant le 30 juin 2022.

Ces sondes permettront au personnel de savoir en temps réel « quand ouvrir les fenêtres et les portes pour augmenter l’apport d’air frais extérieur », peut-on lire dans la missive obtenue par le compte Twitter Covid Écoles Québec et relayée au Journal. On espère ainsi améliorer la qualité de l’air dans les écoles et atténuer les risques de propagation de la COVID par voie aérienne.

Dès que la concentration de dioxyde de carbone dépassera 1000 ppm (parties par million) dans une classe, l’information sera relayée automatiquement au ministère.

Plus tard que prévu

Le gouvernement Legault avait déjà annoncé le mois dernier son intention de solliciter les soumissions avant la mi-juin afin de doter les 48 000 classes du Québec de tels capteurs.

Selon les documents de travail du ministère, « l’installation des appareils [se fera] lors de l’année scolaire 2021-2022 ».

«Le plan du ministère est que les classes soient équipées au cours de l'automne 2021», précise toutefois le porte-parole du ministère de l’Éducation, Bryan St-Louis. 

Cependant, l’appel d’offres n’a toujours pas été publié, et l’opposition, qui espérait leur installation à temps pour le retour en classe en septembre, s’impatiente.

« Juin 2022, sérieusement ? [...] Une autre démonstration que le ministre de l’Éducation [Jean-François Roberge] est systématiquement en retard », a tweeté la députée libérale Marwah Rizqy, porte-parole en matière d’éducation.