/finance/stockx
Navigation

Triple record en clôture à Wall Street, qui rebondit pour finir la semaine

Coup d'oeil sur cet article

La Bourse de New York a clôturé vendredi en hausse et à des niveaux records, profitant d'un rebond après une séance moribonde jeudi, avant le début de la saison des résultats, la semaine prochaine.

• À lire aussi: Le Groupe MTY annonce le retour de son dividende

• À lire aussi: Le taux de chômage recule au Québec et à l’échelle canadienne

Les trois indices majeurs ont fini à des plus hauts historiques. Le Dow Jones a gagné 1,30% à 34 870,16 points, le Nasdaq 0,98% à 14 701,91 et l'indice élargi S&P 500 1,13% à 4 371,60 points.

Au lendemain d'une journée grise, marquée par la résurgence du coronavirus et le possible ralentissement des mesures de soutien de la banque centrale américaine, les marchés ont repris le chemin de sommets, qu'ils arpentent, bon an mal an, depuis mars 2020.

"Nous sommes dans un marché haussier", a rappelé Maris Ogg, présidente de la société de gestion Tower Bridge Advisors, "et la voie la plus évidente, c'est à la hausse".

Si les réflexions de la Réserve fédérale américaine (Fed), l'inflation ou les taux d'intérêt ont préoccupé les investisseurs cette semaine, "au final, vous savez ce qui détermine le prix des actions: les résultats d'entreprises", a-t-elle souligné.

Or, le gros de la saison des résultats démarre la semaine prochaine avec les banques au programme. Pour ces institutions financières, plombées par des taux d'intérêt au plancher et une demande de crédit qui ne décolle pas, il y a peu de surprises à attendre, explique Maris Ogg.

Ce sont surtout les semaines suivantes qui apporteront des réponses, non seulement sur les résultats du deuxième trimestre, mais aussi les déclarations des dirigeants sur les perspectives à court et moyen terme.

Le marché s'attend à ce qu'ils actent le fait que le rythme de croissance va ralentir après un premier semestre en boulet de canon.

Quant aux craintes liées à l'impact de l'accélération du variant Delta du coronavirus sur l'économie mondiale, elles devraient s'estomper, anticipe Maris Ogg, car l'essentiel des richesses mondiales sont produites en Europe, en Chine et aux États-Unis, trois pays ou régions où les taux de vaccination sont importants.

Parmi les valeurs actives vendredi, General Motors a profité d'une note de la société d'investissement Wedbush Securities, qui salue la stratégie du constructeur américain, tournée vers l'électrique, et voit le titre progresser de 50% dans les 12 mois. Le titre a gagné 4,82% à 58,76 dollars.

Apple a clôturé sur un nouveau record, en hausse de 1,31% à 145,11 dollars, avec une capitalisation qui approche désormais les 2.500 milliards de dollars, contre un peu plus de 500 milliards il y a cinq ans seulement.

Après une séance de repli jeudi, les valeurs bancaires se sont ressaisies vendredi, au diapason de Wall Street. JPMorgan Chase s'est octroyé 3,20%, Goldman Sachs 3,57% et Bank of America 3,25%.

Côté santé, l'entreprise pharmaceutique américaine Biogen a pris un éclat (-2,95% à 358,16 dollars) après une annonce de la chef de l'Agence américaine des médicaments (FDA), qui a demandé une enquête indépendante sur les contacts entre le laboratoire et plusieurs employés de la FDA dans le cadre de l'autorisation de mise sur le marché d'un nouveau médicament contre la maladie d'Alzheimer, l'Aduhelm. Le feu vert de l'agence avait fait polémique, car il était intervenu contre l'avis d'un comité d'expert.

Jeudi, l'agence avait déjà modifié ses recommandations d'utilisation de l'Aduhelm, pour le restreindre aux personnes atteintes de cas modérés de la maladie.

Après une semaine dans la tourmente, le groupe chinois de locations de voiture avec chauffeur (VTC) Didi Chuxing, cible des autorités réglementaires chinoises, a connu sa première séance de rebond, glanant 7,31% à 12,03 dollars.