/finance/news
Navigation

Planifier des rénovations réussies

Coup d'oeil sur cet article

Avant de se lancer tête première dans des travaux de rénovation, il convient de bien se préparer et de se poser les bonnes questions. Voici, en sept étapes, quelques conseils pour des rénovations réussies. 

1 Établir une vision claire 

Avant de se lancer dans des rénovations, il faut établir une vision claire et à long terme des objectifs à atteindre.
Photo courtoisie, Marie-France Côté-Nolet, Les filles de la construction
Avant de se lancer dans des rénovations, il faut établir une vision claire et à long terme des objectifs à atteindre.

Marie-France Côté-Nolet est la fondatrice de Les filles de la construction, une plate-forme qui aide les femmes à comprendre la construction et à réussir leurs projets de rénovation. Son premier conseil lorsque l’on envisage de se lancer dans un projet de rénovation d’envergure : déterminer une vision claire. 

« Il faut se demander quel est son objectif, explique-t-elle. Est-ce pour habiter le lieu, le louer ou le revendre ? On n’entreprend pas les mêmes travaux pour le locatif que pour la revente. Cela va affecter les travaux que l’on va faire ainsi que nos calculs de rentabilité. » 

2 Penser au long terme 

Un projet de rénovation se fait souvent en plusieurs étapes. On commence par la cuisine, puis la salle de bain l’année suivante, dans cinq ans une extension ou encore une terrasse sur le toit. « Il faut se demander quelle est la vision à long terme, car il faut garder en tête que tous les travaux de rénovation sont liés d’une façon ou d’une autre. »

Marie-France Côté-Nolet prend l’exemple des rénovations de son plex. « Au moment de refaire les fondations, je me suis posé les bonnes questions. Est-ce que je veux ajouter un étage un jour, une terrasse sur le toit ou des extensions à certains endroits ? Tout cela affecte la structure du bâtiment. »

Finalement, elle a opté pour des poutres d’acier un peu plus larges que ce dont elle avait besoin, pour quelques centaines de dollars de plus, et cela lui a permis de construire une mezzanine quelques années plus tard. « Cela coûte très cher de revenir sur ses pas », prévient-elle. 

3 Étudier les lois et règlements 

Attendre un permis de construction est sans aucun doute la raison principale de délais lors de la construction ou des rénovations d’un bâtiment.
Photo courtoisie, Marie-France Côté-Nolet, Les filles de la construction
Attendre un permis de construction est sans aucun doute la raison principale de délais lors de la construction ou des rénovations d’un bâtiment.

Attendre un permis de construction est sans aucun doute la raison principale de délais lors de la construction ou des rénovations d’un bâtiment. 

Pour se prémunir de ces délais, Marie-France Côté-Nolet conseille de se renseigner bien en amont et de demander la liste des documents à fournir. « Quels sont les lois et les règlements de la municipalité ou de l’arrondissement auxquels on va se heurter ? », se demande-t-elle. 

Elle précise que la location et le commercial engendrent souvent de règles supplémentaires à respecter.  

4 Bien comprendre ses rénovations 

Marie-France Côté-Nolet est la fondatrice de Les filles de la construction, une plate-forme qui aide les femmes à comprendre la construction.
Photo courtoisie, Marie-France Côté-Nolet, Les filles de la construction
Marie-France Côté-Nolet est la fondatrice de Les filles de la construction, une plate-forme qui aide les femmes à comprendre la construction.

Avec Les filles de la construction, Marie-France Côté-Nolet s’est donné comme mandat d’outiller les femmes en amont de rénovations. Cela passe par une bonne compréhension des différentes étapes des travaux. « Je conseille de rechercher ce que l’on veut faire, et ce que cela implique, avant de faire une soumission. » 

La jeune femme aime prendre l’exemple d’une visite chez le mécanicien : « Si vous lui dites : “ma voiture fait un bruit”, ou si vous lui dites : “j’aimerais changer les deux plaquettes de frein avant”, vous n’allez pas vous retrouver avec le même prix ! » 

5 Bien choisir son entrepreneur 

Choisir le bon entrepreneur est un art !
Photo courtoisie, Marie-France Côté-Nolet, Les filles de la construction
Choisir le bon entrepreneur est un art !

« Choisir son entrepreneur, c’est un art », s’exclame Marie-France Côté-Nolet, qui précise qu’il est important de choisir un entrepreneur détenteur d’une licence de la Régie du bâtiment du Québec ou d’une corporation (pour les plombiers et électriciens). 

Le bouche-à-oreille est évidemment une excellente option, « si des gens de votre entourage ont fait affaire avec des entrepreneurs de confiance et qu’ils ont développé une bonne relation ». Marie-France Côté-Nolet recommande de demander à son entourage ce qui s’est bien passé et ce qui s’est moins bien passé. « Puis il faut se demander : est-ce que les choses qui se sont moins bien passées sont importantes pour moi ? Il s’agit d’une relation, d’un partenariat. De quoi a-t-on besoin dans cette relation ? Il faut se poser les bonnes questions. »

Pour un projet de rénovation d’envergure, entourez-vous de professionnels de confiance pour mener les travaux.
Photo courtoisie, Marie-France Côté-Nolet, Les filles de la construction
Pour un projet de rénovation d’envergure, entourez-vous de professionnels de confiance pour mener les travaux.

Par exemple, Marie-France Côté-Nolet recherche un communicateur hors pair. « J’ai besoin de bien comprendre toutes les étapes du projet, qu’on me présente toutes les options. Il y a des entrepreneurs qui ne veulent pas me déranger, qui font ce qu’ils veulent, et cela me cause beaucoup d’anxiété. Cela reste une démarche personnelle. »

Les sites des associations professionnelles sont également à explorer pour trouver la perle rare. « Ce n’est pas nécessaire d’engager un entrepreneur dans la même ville. Cela peut être moins dispendieux en région. »

Enfin, sur des grosses rénovations, Marie-France Côté-Nolet recommande de s’entourer de bons professionnels. « Oui, cela va peut-être coûter un peu plus cher, mais les erreurs de construction coûtent une fortune ! Un architecte, un ingénieur ou un technologue, cela fait une grosse différence. » 

6 Demander plusieurs soumissions 

Vous pensez avoir trouvé votre perle rare ? Ne vous arrêtez pas en si bon chemin ! « Il faut toujours aller chercher des soumissions de plusieurs endroits, pour être capable de comparer », conseille Marie-France Côté-Nolet. 

Parce que les devis restent difficiles à comparer, simplifiez-vous la vie en faisant la demande la plus simple possible, dans un fichier Excel par exemple, en listant les rénovations que vous aimeriez faire. « En ce faisant, les entrepreneurs peuvent, par écrit, soumissionner pour la même affaire. » 

7 Se protéger par écrit 

En plus d’une soumission détaillée, qui détaille les inclusions, mais aussi les exclusions des travaux à venir, Marie-France Côté-Nolet recommande de signer un contrat avec les obligations de l’entrepreneur et du client. « C’est important d’y inscrire les inclusions, les exclusions, les délais, le prix total, comment fonctionnent les approbations – tout changement ou frais supplémentaires doit être approuvé avant d’être engendré, par exemple –, ainsi qu’une clause de sortie sans pénalité au cas où cela se passe mal. »

Sur le contrat doivent également être notés les numéros de licences et de permis de l’entrepreneur, ainsi que le numéro de police de l’assurance responsabilité civile de l’entrepreneur « Avec la plomberie et l’électricité entre autres, il faut absolument avoir un entrepreneur qui est licencié et qui a des assurances », conseille la fondatrice de Les filles de la construction.

Il est important de poser le plus de questions possibles à l’entrepreneur, telles que quelles sont les choses qui pourraient arriver en cours de route ou quels seraient les frais supplémentaires, et de toujours confirmer ces ententes par écrit. 

Enfin, pour tous les travaux, petits ou grands, il est vivement conseillé de demander une facture et de les payer par chèque, carte de crédit ou carte de débit afin de conserver des traces. En cas de problèmes ou de litiges, le client aura ainsi accès à des recours. De plus, certaines subventions provinciales ou fédérales, comme la récente Subvention canadienne pour des maisons plus vertes, sont accordées après vérification de tous les reçus et de toutes les factures des produits achetés et des coûts d’installation. C’est un pensez-y-bien !