/weekend
Navigation

Renaître après le désespoir

Priscille Deborah
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Désespérée, Priscille Deborah, 32 ans, veut mettre fin à ses jours et se jette devant le métro. Elle survivra à son geste fatal, perdant ses deux jambes et son bras droit. Étonnamment, grâce à son courage et à sa résilience, elle surmontera ses épreuves pour finalement réaliser son rêve de devenir artiste peintre.

« Je suis la preuve vivante qu’il ne faut jamais désespérer », lance d’emblée la première femme bionique française, Priscille Deborah, qui s’est réveillée sur son lit d’hôpital en 2006, avec un bras et deux jambes amputés, après être passée à l’acte. Quel cauchemar de revenir à la vie ainsi, alors qu’elle était déjà trop lourde à porter au point de vouloir y mettre fin. Mais que de chemin parcouru depuis son suicide manqué, il y a 15 ans !

Pourtant, avant de poser son geste fatidique, on lui disait qu’elle avait tout pour être heureuse. Elle avait une belle carrière, était à l’aise financièrement, était bien mariée et elle venait de donner naissance à un enfant. Mais Priscille n’était pas heureuse. « Je viens d’une famille bourgeoise, je rêvais d’être artiste peintre, mais je devais plutôt répondre aux attentes de mes parents », précise Priscille.

Après deux ans de dépression, la naissance de sa fille ne lui apporte pas la joie anticipée, et ce, même si elle l’avait désirée ardemment. « Je n’éprouvais pas d’émotion par rapport à ma fille et j’ai commencé à culpabiliser en me disant que je n’étais pas une bonne mère », confie Priscille Deborah.  

De plus, son retour au travail se passe mal alors que l’entreprise est en pleine restructuration. Complètement déstabilisée, Priscille pleure constamment et ne voit d’autres options que de poser le geste ultime.

<strong><em>Une vie à inventer</em><br>Priscille Deborah et Sandrine Cohen</strong><br>Éditions Albin Michel<br>215 pages
Photo courtoisie
Une vie à inventer
Priscille Deborah et Sandrine Cohen

Éditions Albin Michel
215 pages

« Ce livre s’adresse à tous ceux qui ont vécu un deuil ou une perte que l’on imagine insurmontable », lance celle qui a décidé de s’accoutumer à sa nouvelle vie avec trois membres en moins sans se plaindre, considérant que se plaindre est une perte d’énergie. Outre les nombreux défis de vivre avec trois handicaps, elle va se réapproprier ses rêves artistiques. « Je suis portée par un désir ardent, celui de peindre, c’est un besoin vital en moi » souligne-t-elle.

Un bras bionique

En 2020, Priscille deviendra la première femme bionique en France. C’est son médecin qui lui parle de la possibilité d’un bras bionique. Pour ce faire, il faut procéder à une intervention chirurgicale permettant la réinnervation musculaire afin que les nerfs puissent transmettre des signaux au bras pour ainsi utiliser intuitivement la prothèse. Créée aux États-Unis, la technologie offre de bons résultats.

« Il y a des défaillances techniques qui sont parfois très frustrantes », admet Priscille qui ajoute qu’il y a aussi des moments de bonheur à attraper une pomme en quelques secondes. 

« Aujourd’hui, j’ai un mental d’acier parce que je le travaille tous les jours, dans un mélange de grande rigueur et de discipline, un goût des challenges et un formidable appétit de vivre, affirme-t-elle. L’aventure bionique, c’est mon combat pour l’autonomie. »

Une artiste peintre

Priscille vit désormais avec un nouveau mari, également handicapé, une véritable source d’inspiration pour elle, a eu une deuxième fille et a finalement réalisé son rêve de devenir artiste peintre. Elle expose en France, mais aussi ailleurs en Europe et même à New York. Elle qui était droitière, a appris à peindre avec sa main gauche. « Le cerveau sait s’adapter », indique-t-elle. 

Elle admettra que la résilience n’est pas acquise et qu’il s’agit plutôt d’un long travail intérieur. « Au début, ma résilience a été obligatoire, il a fallu que j’apprenne le handicap », concède Priscille ajoutant que l’amour pour ses filles, la peinture et l’amour qu’elle éprouve pour son nouveau conjoint a beaucoup participé à sa reconstruction.


Priscille Deborah a également fait paraître la biographie Tout pour être heureuse.