/world/opinion/columnists
Navigation

Terrorisme islamiste: le cancer s'étend...

Coup d'oeil sur cet article

Le cancer de l’islamisme et du terrorisme qui lui est associé s’étend. Hier, Emmanuel Macron, invité au G5 Sahel a reconnu cette propagation. Il en a profité pour annoncer un redéploiement des forces françaises en Afrique de l’Ouest. 

Ce programme de redéploiement est magnifique sur papier. En plus, il est accompagné d’un plan de développement économique. Les États touchés par le terrorisme islamiste paraissent heureux des nouveaux engagements de la France. Il n’y a qu’un problème : le plan ne s’attaque pas au cœur du terrorisme, c’est-à-dire à son idéologie islamiste. Plus incroyable encore, pour lutter contre l’islamisme, la France s’allie à des pays qui en font la promotion.


Où le terrorisme islamiste s’étend-il à présent en Afrique ?

Le terrorisme islamiste ronge depuis longtemps en Afrique. C’est à cause de lui que l’Algérie a connu une guerre civile au tournant des années 90. Les Frères musulmans, qui se sont emparés du pouvoir en Égypte en 2012, étaient des islamistes. L’islamisme est très présent en Libye. Boko Haram, fondé au Nigéria en 2003, s’est par la suite rapproché d’Al-Qaïda, puis de l’État islamique. En 2012, les terroristes islamistes ont fait irruption dans l’ouest du Mali. Ce terrorisme continue de prendre de l’expansion. Désormais, le Niger, le Burkina Fasso et même la Côte d’Ivoire sont touchés par le terrorisme islamique. Récemment, des terroristes affiliés à l’État islamique ont commis des attentats au Mozambique. En fait, toute l’Afrique est dans la mire des islamistes.


Que veut faire le gouvernement français ?

Le gouvernement français a remarqué que la menace terroriste s’était transformée et qu’elle s’était déplacée. Dans ce nouveau contexte, il a décidé de recentrer ses forces et de déplacer son unité de commandement de Gao, au Mali, vers la capitale du Niger, Niamey. Le gouvernement français a averti ses partenaires du G5 sahélien (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) que ceux-ci devaient pleinement rétablir les fonctions de l’État dans les territoires que l’armée française libérait du terrorisme. Bien souvent, en effet, les écoles et les autres services publics des régions libérées demeurent fermés, ce qui crée un vacuum où les terroristes peuvent facilement revenir s’installer. Le gouvernement français veut aussi renforcer et aider à former les armées des pays du G5 sahélien.


Pourquoi l’idéologie islamiste n’est-elle pas attaquée ?

L’idéologie n’est pas attaquée. Une des raisons de ce refus est que la France et ses partenaires acceptent de recevoir des centaines de millions de dollars de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis pour lutter contre le fondamentalisme islamiste en Afrique. Pourtant, l’islamisme se propage depuis des décennies à travers toute l’Afrique grâce au soutien actif de ces pays. L’État islamique et Boko Haram sont en bonne partie leur création. Une création qui s’est retournée contre eux.


Pourquoi attaquer l’idéologie islamique ?

Sans islamisme, il n’y aurait pas de terrorisme islamiste. Mais attaquer l’islamisme implique attaquer certains aspects de l’islam fondamentaliste. Or, ceci est inacceptable pour les fondamentalistes musulmans. C’est pourtant le talon d’Achille de ce terrorisme. C’est aussi ce qui maintient bien des pays dans un obscurantisme antidémocratique paralysant.


La nouvelle stratégie de la France est-elle gagnante ?

Non. Tant que l’idéologie islamiste ne sera pas attaquée, démontée et ridiculisée, tant que les populations musulmanes ne la rejetteront pas massivement, tant que cette idéologie sera protégée au nom de la liberté religieuse, les terroristes islamistes auront de beaux jours devant eux.