/news/currentevents
Navigation

Un enfant de 4 ans se serait étranglé accidentellement

Un ado a fait la triste découverte samedi soir dans le sous-sol de la résidence

Des policiers ont fait en vain des manœuvres de réanimation.
Photo Agence QMI, Thierry Laforce Des policiers ont fait en vain des manœuvres de réanimation.

Coup d'oeil sur cet article

Un enfant de 4 ans trouvé inanimé samedi soir dans une résidence de Laval est décédé après s’être vraisemblablement étranglé accidentellement.

• À lire aussi: Un homme atteint par balle à Laval

Selon nos informations, la découverte aurait été faite par un garçon de 17 ans dans le sous-sol de la maison de l’avenue Bazin, dans le quartier Pont-Viau, alors que le beau-père de l’enfant était dans la cour, au bord de la piscine.

Un objet passé autour de sa tête aurait laissé des marques de strangulation sur le cou de l’enfant, d’après nos sources.

Des policiers ont fait en vain des manœuvres de réanimation.
Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Ayant reçu l’appel aux alentours de 18 h 30, les autorités ont localisé le bambin en arrêt cardio-respiratoire à leur arrivée, a indiqué Stéphanie Beshara, agente aux relations publiques du Service de police de Laval.

Les manœuvres de réanimation ont été réalisées entre autres par les policiers, jusqu’à l’arrivée des ambulanciers.

Des policiers ont fait en vain des manœuvres de réanimation.
Photo Agence QMI, Thierry Laforce

L’enfant a par la suite été conduit vers un centre hospitalier avant que son décès ne soit confirmé dimanche matin par les autorités lavalloises.

La mère était toujours traitée pour un choc nerveux dimanche.

Rencontré chez lui par Le Journal, Jean-Pierre, le beau-père de la petite victime qui ne voulait pas révéler son nom de famille, s’est abstenu de commenter le décès parce que l’enquête policière était toujours en cours.  

Autopsie

La mère, le beau-père et son fils se trouvaient sur les lieux et ont été rencontrés par les policiers. 

Ils ont été questionnés une bonne partie de la nuit pour reconstituer le fil des événements.

La police de Laval attendait également les résultats de l’autopsie avant de statuer définitivement sur la nature de l’événement qui semble accidentel.

Des policiers ont fait en vain des manœuvres de réanimation.
Photo Agence QMI, Thierry Laforce
Des policiers ont fait en vain des manœuvres de réanimation.

Sous le choc

Le cauchemar vécu par les parents a ébranlé le voisinage de l’avenue Bazin. Plusieurs ont apporté leur soutien moral à la famille endeuillée durant la journée. 

« Ça n’a pas de bon sens que ça arrive, une affaire comme ça, à un enfant de 4 ans », mentionne Jules Lalancette, qui habite dans le coin depuis plus de 25 ans.

L’enfant était souvent vu en train de jouer dehors avec ses proches, notamment avec une petite bicyclette.

« Ça a été un choc. On ne s’attendait pas à ça », souligne une voisine qui était assise devant sa demeure au passage du Journal.

Une mère de deux enfants était désolée de la situation. « On prie pour lui », a-t-elle brièvement commenté.

– Avec l’Agence QMI 

Des situations évitables et faciles à prévenir  

Les décès de jeunes enfants par strangulation involontaire sont facilement évitables, rappelle un médecin.

« Je n’en ai pas vu beaucoup », indique Matthieu Vincent, urgentologue pédiatrique qui travaille notamment au CHU Sainte-Justine. 

C’est que les situations où des enfants s’accrochent dans des cordons de stores ou à des câbles électriques, par exemple, sont faciles à prévenir.

Garder l’œil ouvert

Les parents doivent garder un œil sur ce que les bébés ont tendance à vouloir avaler, rappelle Matthieu Vincent. 

« Les causes les plus fréquentes d’asphyxie chez les enfants, c’est soit l’ingestion de nourriture ou d’objets, surtout chez les enfants en bas de 5 ou 6 ans, particulièrement en bas de 4 ans », mentionne l’urgentologue.

Il est recommandé de ranger soigneusement les jouets après utilisation et de mettre hors de portée des objets comme des billes ou de la monnaie.

Les parents sont aussi invités à éviter certains aliments avant l’âge de 4 ans, tels que des bonbons durs, de la gomme, des jujubes ou encore du maïs soufflé.

« Tout ce qui est rond et ferme, on va demander à ce que ce soit bien cuit ou coupé en petits morceaux », souligne le Dr Vincent. Il cite en exemple les saucisses et les carottes.

Agir rapidement

Si un enfant s’étouffe, il n’est pas nécessaire d’intervenir tant qu’il tousse. 

« Par contre, si l’enfant ne tousse plus, ne fait plus de son, c’est là qu’on va faire des manœuvres, appeler le 9-1-1 », indique Matthieu Vincent.

La méthode de Heimlich, qui consiste à exercer une pression sur l’abdomen d’une personne pour faire sortir le morceau empêchant la personne de respirer, peut être appliquée. Elle n’est cependant pas sécuritaire pour les enfants de moins d’un an. Dans ces cas-ci, des tapes successives dans le dos sont préférables.

Dans le contexte où un enfant est inconscient et semble en arrêt cardio-respiratoire, des compressions thoraciques suivies d’insufflations peuvent être bénéfiques. S’il respire, le bouche-à-bouche est à privilégier.