/world/america
Navigation

Des élections à l’automne en Haïti

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre responsable des élections en Haïti, Mathias Pierre, a confié à TVA Nouvelles, dimanche, qu’il compte tout faire pour que des élections se tiennent bel et bien dans le pays en septembre, malgré l’assassinat du président Jovenel Moïse. 

• À lire aussi: Haïti se trouve «au point de rupture»

• À lire aussi: La diaspora haïtienne encore sous le choc de l’assassinat de Jovenel Moïse

• À lire aussi: Haïti: Martine Moïse, veuve du président assassiné, veut poursuivre la «bataille» de son mari

«Oui, nous voulons qu’il y ait des élections crédibles, honnêtes et démocratiques dans le pays», a déclaré M. Pierre.

Ce souhait va à l’encontre du scénario proposé par Claude Joseph, qui devait être nommé premier ministre le jour de l’assassinat de Jovenel Moïse. Ce dernier cherche des appuis, notamment auprès de Washington, pour être nommé au pouvoir avec un président de transition jusqu’en 2023.

Mathias Pierre a profité de l’entrevue pour soulever un pan du voile de mystère qui entoure l’assassinat du président.

«Pour moi, ce n’est pas un simple assassinat. Il a été torturé. On a cassé son bras, on a cassé son pied, on a crevé ses yeux», a énuméré le ministre.

La conjointe de Jovenel Moïse, Martine Moïse, avait raconté de son côté que son mari avait été criblé de balles par un commando «sans même lui donner la chance de dire un seul mot».

Ce commando, composé majoritairement de mercenaires colombiens, intrigue et fait l’objet de toutes les spéculations. Le groupe, aperçu pour une première fois il y a des semaines dans le secteur de Laboule 12, dans les hauteurs de la capitale Port-au-Prince, aurait agi pour le compte de riches propriétaires terriens qui tentent d’évincer les plus pauvres, en affrontant des gangs armés qui, eux, veulent prendre le contrôle du territoire, a avancé le reporter de TVA Nouvelles Félix Séguin, envoyé spécial en Haïti.

«Pour faire ça, quelqu’un doit avoir beaucoup de fric. Si vous voulez savoir qui a assassiné Jovenel Moise, regardez de ce côté-là», a notamment confié une source à Félix Séguin.

En attendant d’en savoir plus, un appel à la manifestation monstre promet de secouer le pays. Cet appel a non seulement été relayé par des politiciens de l’opposition, mais aussi, et surtout, par Jimmy Cherizier, alias «Barbecue», le plus puissant chef de gang d’Haïti.

«S’il est devenu un chef de gang aujourd’hui, c’est à cause du système. Je le connais très bien, il a été policier, il a été dans les forces spéciales. [...] Il est devenu un déviant à cause du système», a confié un ancien proche de «Barbecue» à Félix Séguin.

«Quand il parle, on l’écoute», a poursuivi cette source, laissant craindre le pire pour la situation politique en Haïti, où le prix des ressources essentielles comme l’essence a déjà commencé à s’envoler.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.