/investigations/environment
Navigation

Morte de chaleur dans sa chambre qui n’était pas climatisée

Dossier chaleur - CHSLD de Weedon
Photo d'archives, Martin Chevalier Le CHSLD de Weedon où Jeanne Beaulieu, 92 ans, est décédée en 2018 ne pourrait pas avoir des climatiseurs dans toutes les chambres, car le réseau électrique serait surchargé.

Coup d'oeil sur cet article

Jeanne Rodrigue Beaulieu est morte en pleine canicule alors qu’elle résidait au CHSLD de Weedon, en juillet 2018.

• À lire aussi: Une majorité d’aînés en CHSLD sont sans air conditionné dans leur chambre

• À lire aussi: La chaleur a coûté la vie à des dizaines de Québécois

• À lire aussi: 166 histoires de Québécois décédés après avoir souffert de la chaleur

« Il peut paraître surprenant de constater que l’on peut mourir d’un coup de chaleur dans un établissement du réseau de la santé », a fait remarquer le coroner Gilles Saindon dans son rapport publié un an plus tard.

La dame de 92 ans avait certains troubles cognitifs et ne voulait pas sortir de sa chambre même s’il y faisait très chaud. Le personnel lui avait proposé à plusieurs reprises d’aller se rafraîchir dans la salle à manger climatisée, en vain.

« Elle n’aimait pas sortir de sa chambre, explique sa fille Réjeanne Rodrigue. Elle avait un ventilateur, mais elle n’aimait pas avoir l’air sur elle ni l’air conditionné. Pour des personnes âgées, c’est pas confortable, ça donne des torticolis. »

  • Écoutez l'entrevue d'Annabelle Blais au micro de Danny St Pierre sur QUB radio:

Vague de chaleur mortelle

Le CHSLD de Weedon a été construit en 1969, précise le coroner. Outre la salle à manger, des pièces communes, comme la salle des loisirs ou le salon de famille, sont climatisées de même que les bureaux administratifs et ceux des infirmières.

Le 5 juillet, une vague de chaleur éprouvante sévit en Estrie. Mme Beaulieu ne veut pas souper et reste dans sa chambre. Dans la nuit, elle commence à faire de la fièvre. Le 7 juillet, son état se détériore, elle est confuse et sa température monte jusqu’à 41,3 °C. 

La dame, qui avait une maladie pulmonaire et de l’insuffisance cardiaque qui la rendaient vulnérable à la chaleur, rend l’âme en fin de soirée.

Comme le souligne le coroner, Mme Beaulieu avait refusé d’aller au frais. 

« Un CHSLD est un milieu de vie où on préconise le respect du choix des résidents. Cependant, Mme Beaulieu souffrait de troubles cognitifs majeurs ; était-elle vraiment en mesure de choisir ce qui était le mieux pour elle ? » s’est-il questionné.

Pas pour toutes les chambres

Le CIUSSS de l’Estrie a refusé de commenter la situation. Le conseiller aux communications Félix Massé précise toutefois que des mesures ont été prises « à la suite de ce triste événement qui a ébranlé notre établissement. »

Lors d’une vague de chaleur, si une personne a des troubles cognitifs, les proches sont impliqués afin d’être informés de l’évolution de la santé et des risques pour une personne qui refuserait des soins. 

Les familles peuvent aussi acheter une unité de climatisation « à condition de respecter la capacité électrique du réseau de distribution du bâtiment. » 

« À ce jour, aucune demande d’installation d’unité de climatisation n’a été refusée [...] en raison de capacité électrique », précise M. Massé. Il ajoute qu’il ne serait pas possible d’installer une unité de climatisation dans chaque chambre d’un CHSLD. Le réseau électrique en serait surchargé. 

Le CIUSSS ne peut dire le nombre d’unités de climatisation qu’il serait possible d’installer, car cela dépend de plusieurs facteurs comme la puissance des appareils qui influence la consommation électrique.

166 décès par la chaleur sous la loupe