/sports/opinion/columnists
Navigation

Pas le premier rodéo de Marc Bergevin

Coup d'oeil sur cet article

Après neuf ans comme patron du Tricolore, Marc Bergevin n’avait pas à être nerveux pour son bilan annuel, particulièrement après être passé à trois victoires de soulever la précieuse Coupe Stanley.

Comme il fallait s’y attendre, la rencontre fut positive. Le directeur-gérant en a dit juste assez pour que les partisans puissent deviner le fond de sa pensée sans trop entrer dans les détails pour ne pas dévoiler sa stratégie à quelques jours du repêchage d’expansion.

Le parcours des Glorieux a assuré une chaise très confortable à Bergevin jusqu’à la fin de son contrat. Une situation que le principal intéressé a confirmé qu’il honorerait, sans toutefois se commettre davantage.

La rencontre annuelle a également confirmé que la situation de Dominique Ducharme se réglera rapidement. Une formalité qui devrait trouver une solution dans les prochains jours sous la forme d’un contrat à long terme.

Le succès est éphémère

Le danger qui guette la direction du Canadien pour la période estivale est de poser la bonne évaluation sur son équipe. Il serait facile de devenir amoureux de certains joueurs qui ont contribué au parcours dans les séries, mais Bergevin devra se départir de plusieurs d’entre eux s’il veut espérer revenir faire du dommage pendant la danse printanière. Dans une division aussi forte que celle de Montréal l’an prochain, la ligne est mince entre une participation aux séries et une saison de golf hâtive.

Staal, Gustaffson, Merrill et Tatar devront être dans un autre uniforme l’an prochain. C’est très limpide à mes yeux.

La vraie priorité de Bergevin est le statut de Phillip Danault. Il a prouvé que son importance va bien au-delà de sa production offensive. Il a été en mesure de contenir le gros trio de chacun des adversaires de l’équipe en séries. La place de Danault est à Montréal, il reste maintenant à trouver le juste prix.

Joel Armia et Corey Perry sont également deux joueurs que j’aimerais voir de retour. Armia est un gros gabarit qui est très utile dans un rôle spécifique et Perry est devenu un mentor pour les jeunes en plus de s’avérer utile sur le jeu de puissance. Il sait comment jouer au hockey.

Confiant pour Drouin

Je suis content d’apprendre que la santé de Jonathan Drouin prend du mieux. J’ai un bon sentiment dans son cas. Je pense qu’il va revenir l’an prochain et qu’il sera en grande forme physiquement et mentalement. Ducharme sera en mesure de le placer dans une situation où il pourra avoir du succès. Il est parfois plus facile de rebondir pour un joueur de talent.

Il faut également souligner le départ de Joël Bouchard pour l’organisation des Ducks d’Anaheim.

Plusieurs s’interrogent sur cette décision de Bouchard, mais la vérité est que le choix du Québécois le rapproche de la LNH. Il possède une grande complicité avec Martin Madden, qui sera à mon avis le prochain directeur-gérant du club. C’est lui qui est derrière cette décision d’engager Bouchard pour son club-école. Il y a de pires endroits que San Diego pour attendre son tour... 

— Propos recueillis par Jean Carrier