/sports/opinion/columnists
Navigation

Yves Ulysse: le gym du cœur

SPO-Portrait du boxeur Yves Ulysse dans son gymnase à Montréal
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Yves Ulysse ouvre les portes de son gym aux personnes qui ont besoin d’un lieu pour s’entraîner.

Coup d'oeil sur cet article

Si tout se passe comme le pensent les supposés connaisseurs, Yves Ulysse va gagner en finale vendredi soir à Shawinigan contre David Théroux. 

Comment ça va se passer ? On ne le sait pas. Personne n’avait pu prévoir la furieuse charge menée par Ulysse contre Mathieu Germain à Rimouski. Un rythme démentiel et une agressivité à peine contrôlée ont complètement chaviré les plans de Germain. 

Les circonstances de Rimouski étaient exceptionnelles. À Shawinigan, c’est un Junior Ulysse plus classique qu’on devrait retrouver. D’une humeur plus égale. Il sera quand même un homme de peu de mots, mais c’est un aspect de sa nature profonde qu’on doit respecter. Pas obligé d’être bavard dans la vie pour accomplir de grandes choses. Vaut mieux être vrai.

LE PROJET DU CŒUR

Après, ça va se passer les lendemains de son combat à Shawinigan. L’ouverture de son gym dans Parc-Extension. Au 419, rue Saint-Roch. Un gymnase communautaire destiné aux jeunes des quartiers avoisinants. Parc-Extension, Saint-Michel, Villeray. Un gymnase du cœur, pensé, développé et ouvert avec amour aux jeunes et aux groupes qui voudront en profiter : « C’est un projet du cœur, ça n’a pas de prix. C’est juste pour aider les jeunes et ceux qui voudront y trouver ce qu’ils cherchent. Que ce soit des démunis, des femmes battues ou des citoyens qui n’ont pas les moyens des gens de Westmount ou d’Outremont. Ils auront accès à des équipements et des entraînements qu’ils ne pourraient se payer autrement », explique Yves Ulysse.

C’est évidemment son nom et son image qui feront prendre conscience aux jeunes de la chance qu’on leur offre.

Yves Ulysse ne sera pas seul à l’ouverture du gymnase. Ce fut un long travail pour arriver au but fixé. La pandémie n’a pas aidé. Mais Paul Evra et les gens du Centre Lasallien du quartier Saint-Michel, le sergent du SPVM Yves Expérience-Nozieux, le blogueur Manny Montréal, Nelson Ossé, coach de basketball, et j’en oublie, se sont donnés avec ardeur dans le projet. 

« Je voulais aider des personnes dans le besoin. Je voulais être avec de bonnes personnes. Je voulais donner grâce à ce que j’ai appris. Ce projet m’a beaucoup donné personnellement. J’ai trouvé la paix », confie Ulysse.

ROCKY CONTRE APOLLO CREED

Et la finale à Shawinigan ? David Théroux a déjà annoncé ses couleurs. Il va y aller pour le knock-out. Ulysse déteste de tout son être qu’on soit trop optimiste quand on aborde le sujet du combat.

« Il y en a qui parlent de Rocky contre Apollo Creed. Rocky, c’est de la fiction. David Théroux, il est bien réel. C’est le genre d’adversaire hyper dangereux pour moi. À toutes les fois que j’ai tenu pour acquise l’issue d’un combat, je me suis retrouvé en difficulté. Théroux voit dans ce combat la chance de sa vie. Il va tout donner, c’est à moi d’être prêt », affirme Ulysse.

Cette fois, il n’y n’aura pas de sevrage de médicaments. Tout est sous contrôle. 

Ce sera la première finale disputée devant un vrai public depuis 17 mois. Dommage que la Santé publique ait interdit tout party avant le combat. Sans doute que les 20 000 fans devant le Centre Bell ont fait peur...

Tout d’un coup les 20 000 seraient venus à Shawinigan !!!

DANS LE CALEPIN- Marie-José Godi, la directrice générale de santé publique en Mauricie, a facturé 207 000 $ en heures supplémentaires en 11 mois. C’est admirable. Calculé selon son salaire annuel de 197 000 $, ça veut dire que Mme Godi a travaillé tous les soirs de la semaine et 15 heures les samedis et dimanches, chaque semaine des onze mois. Nos félicitations, c’est beaucoup d’heures...