/sports/hockey
Navigation

Parade de la coupe Stanley: le Lightning, champion de l'idiotie

Coup d'oeil sur cet article

L’alcool coulait à flots, le soleil plombait de sa chaleur, la musique résonnait au plus fort dans les bateaux et les partisans étaient aussi nombreux que bruyants. Tous les éléments étaient réunis pour une parade des plus festives. C’est finalement la coupe Stanley qui a subi les contrecoups des célébrations du Lightning de Tampa Bay.

• À lire aussi: Les compteurs sont à zéro

• À lire aussi: Connor McDavid n’est pas surpris par le parcours du Canadien

Les joueurs et entraîneurs de l’équipe ont peut-être célébré un peu trop leur défilé nautique des champions sur la rivière Hillsborough, lundi. À la conclusion de ce dernier, c’est le précieux trophée qui semblait le plus amoché.

  • Écoutez l'entrevue du joueur du Lightning de Tampa Bay, Yanni Gourde, avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:

Dans une photo circulant sur les réseaux sociaux, l’objet emblématique apparaît dans un piteux état, puisqu’il est possible de constater les lourds dégâts sur sa partie supérieure.

L’histoire ne dit toutefois pas qui est l’auteur de cette casse ni comment il s’y est pris pour bosseler ainsi la coupe Stanley.

Pour des fins de réparations, elle sera envoyée à Montréal, puis retournée à l’organisation de la Floride pour la suite des festivités estivales.  

  • Écoutez la chronique sports de Mathieu Boulay, journaliste sportif au Journal de Montréal et au Journal de Québec, sur QUB radio:    

Indignation

Par ailleurs, une majorité des amateurs se sont indignés sur les réseaux sociaux à la vue de la photo.

«J’imagine qu’il n’y a plus de respect envers le Saint Graal. La coupe Stanley mérite du respect. Dans les dernières années, elle a été absolument maltraitée», a écrit un internaute.

«Tellement irrespectueux», a ajouté un autre.

«Une malédiction va s’abattre sur eux. On ne traite pas la coupe Stanley de cette manière», a martelé un troisième.

Toutefois, certaines autres personnes affichaient un point de vue différent indiquant que ce n’était pas la mer à boire.

«Je me rappelle quand j’étais jeune, avant que tout devienne viral, j’entendais des histoires incroyables au sujet de la coupe. C’est la raison pour laquelle la coupe est légendaire: non seulement pour la manière qu’elle a été gagnée, mais aussi pour ce qu’elle a vécu.»

La coupe en a vu d’autres

Depuis sa création en 1893, la coupe Stanley en a vécu des vertes et des pas mûres. La rocambolesque histoire de 2021 en sera donc une parmi tant d’autres.

Parmi les nombreuses fois où l’objet a été bosselé ou utilisé de manière inappropriée, on peut compter celle de 1962 des Maple Leafs de Toronto. Durant une fête à la suite de leur conquête, les joueurs de la formation torontoise ont allumé un énorme feu de camp. La coupe leur a alors servi de bûche et elle a été projetée dans le feu, subissant de graves dégâts, payés par l’équipe.

Quelques années après avoir été mise au feu, la coupe a été submergée dans l’eau, et ce, à plus d’une reprise. À la suite de la conquête des Penguins de Pittsburgh, en 1991, le précieux trophée s’est retrouvé au fond de la piscine de Mario Lemieux. Deux ans plus tard, c’était dans celle de Patrick Roy, après le triomphe du Canadien de Montréal, que ses capacités de flottaison ont été testées. Selon les rumeurs, Guy Carbonneau aurait aussi essayé de mettre la coupe dans une piscine, en la projetant du deuxième étage d’une maison, mais il aurait raté sa cible.

Si la coupe a été endommagée à quelques reprises, elle a aussi vécu son lot de situations inusitées. Par exemple, l’ancien des Islanders de New York Clark Gillies l’a utilisée pour nourrir son chien, le Québécois Sylvain Lefebvre, avec l’Avalanche du Colorado, a baptisé sa fille dans l’objet en 1996, et la fille de Kris Draper, lorsqu’elle était en très bas âge quand son paternel a remporté le tout, a déféqué à l’intérieur.

Le Lightning défile dans toute son arrogance     

Les membres du Lightning ont répondu à leur façon à leurs dénigreurs déplorant en outre les commentaires émis par Nikita Kucherov après la finale. Certains arboraient pour l’occasion des t-shirts pour le moins provocateurs.

Le gardien Andrei Vasilevskiy, qui a notamment placé son trophée Conn-Smythe sur sa tête, portait une pièce sur laquelle était inscrite «Numéro 1, boulech...», une allusion directe aux affirmations de Kucherov qui avait exprimé en ces termes grossiers son désarroi quant au choix des deux derniers gagnants du trophée Vézina. Le vêtement montrait aussi la silhouette du joueur d’avant en train de boire une bière.

L’attaquant, qui commence à se faire une habitude de livrer des entrevues à la fois torse nu et en état d'ébriété, n’avait que de la joie dans son discours.

«Toutes les personnes présentes ici sont incroyables, a-t-il exclamé, juste avant de déverser sa boisson sur la tête de son interlocuteur du réseau de télévision WFLA. Nous sommes vraiment forts, nous sommes champions deux années consécutives, personne ne peut nous battre. Tout le monde a joué fort. J’aimerais qu’on puisse garder chaque joueur, mais on sait que c’est une business. Pour l’instant, l’heure est à la fête.»

D’autres ont aussi enfilé un t-shirt rappelant que le Lightning dépassait le plafond salarial de 18 M$. Par ailleurs, le trophée Vince-Lombardi, remporté par les Buccaneers de Tampa Bay au dernier Super Bowl, s’est promené entre les mains des joueurs du Lightning, tandis que la coupe Stanley s’est retrouvée à bord d’un jet-ski en compagnie d’Alex Killorn. Une débouchée de champagne a également eu lieu, tandis qu’un joueur a aspergé du liquide sur les membres d’un bateau adjacent.

Faire couler l’encre

Les «Bolts» ont fait mordre la poussière au Canadien de Montréal en cinq affrontements lors de la dernière finale de la Coupe Stanley pour remporter leur deuxième titre en autant d’années.

De son côté, Kucherov n’a pas fini de faire réagir. Depuis les minutes qui ont suivi la réception du précieux trophée, il a enchaîné les déclarations-chocs. Il a notamment tiré une flèche vers les amateurs des finalistes par rapport à leur réaction quand leurs favoris ont récolté leur seul gain de la ronde ultime.

«Les partisans à Montréal se sont comportés comme s’ils venaient de remporter la Coupe Stanley. Vous êtes sérieux? Leur finale était au troisième tour», avait-il déclaré durant la conférence de presse qui a suivi la victoire finale de sa formation.

Le Russe a été tout aussi malhabile en insultant les deux plus récents titulaires du trophée Vézina, Marc-André Fleury, des Golden Knights de Vegas, et Connor Hellebuyck, des Jets de Winnipeg.

«“Vasi” a été fantastique. C’est un joueur par excellence et je lui dis tous les jours qu'il est le meilleur. Ils ont donné le trophée Vézina à je-ne-sais-trop-qui des Golden Knights de Vegas cette année [Marc-André Fleury]. Et l’année d’avant, ils l’ont donné à quelqu’un d’autre [Connor Hellebuyck]. C’est de la grosse m...»

  

À VOIR AUSSI