/sports/opinion/columnists
Navigation

Encore loin de la coupe

HKN-HKO-SPO-2021-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---GAME-TWO
Photo d'archives Le cas de Phillip Danault sera à surveiller dans les prochains jours. Il est essentiel au Canadien et l’offre de Marc Bergevin devra être la bonne.

Coup d'oeil sur cet article

Vous connaissez le dicton : il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Eh bien, je crois que ça s’applique au Canadien de Montréal, malgré leur superbe parcours de ces inoubliables séries éliminatoires 2021. 

Difficile de reprocher quoi que ce soit à la troupe de Dominique Ducharme, qui a fait preuve de résilience et de détermination, surtout à partir du moment où elle tirait de l’arrière par 3 à 1 contre les Maple Leafs de Toronto. C’est toute une remontée que celle faite contre les Leafs avant le balayage des Jets de Winnipeg et la victoire sur les Golden Knights de Vegas, qui étaient favoris à 7 contre 1. 

Le seul faux pas est survenu en début de série contre Tampa. On dirait que les joueurs du CH ont mis du temps à réaliser qu’ils étaient en finale et ils ont tiré de l’arrière par 3 à 0 dans la confrontation. S’ils avaient entamé la finale comme ils ont joué dans les matchs 4 et 5, on aurait eu droit à un sixième duel, et qui sait, peut-être à un septième. 

Le CH est une bonne formation et a ravivé l’espoir chez ses partisans. Je m’en rends compte depuis mon retour à Montréal la semaine dernière. Les gens sont éblouis par leur équipe, par leur parcours, par Carey Price et par les jeunes qui poussent, comme Nick Suzuki et Cole Caufield. Par contre, je crois qu’on commence à s’illusionner un peu et qu’on place la barre très haut pour l’an prochain. 

On voit de belles choses, certes, mais le Canadien est-il désormais une équipe favorite pour se rendre en finale chaque saison, comme le Lightning ou encore l’Avalanche du Colorado, laquelle possède un noyau impressionnant de jeunes joueurs ? 

Je ne pense pas, et ne perdons pas de vue que le CH a connu une saison régulière en dents de scie. Bergevin aura du pain sur la planche cet été, et il ne pourra pas s’inventer un joueur de la trempe de Nikita Kucherov. 

Vasilevskiy, le meilleur

On a vu le Carey Price des beaux jours en séries, sauf au début de la finale, mais Andrei Vasilevskiy a confirmé qu’il était le meilleur gardien de la LNH et il n’a que 26 ans. Il a conclu ses cinq dernières séries éliminatoires par des jeux blancs, et, pour moi, c’est très révélateur. Price a été excellent dans le dernier match, mais Vasilevskiy a été parfait. 

J’ai parlé avec quelques anciens joueurs récemment et ils disent tous la même chose. Ils ne sauraient comment déjouer Vasilevskiy tellement il est gros devant son filet. Ils ne voient pas de trou et ça me dit qu’il entre dans la tête des joueurs. 

Noyau plus jeune à Tampa 

Évidemment, le Lightning perdra quelques joueurs dans les prochaines semaines, mais le noyau restera le même. Il faut admettre que ce noyau est plus jeune que celui du Tricolore. Avec un gardien comme Vasilevskiy, des défenseurs comme Victor Hedman et Mikhail Sergachev et des attaquants comme Kucherov, Steven Stamkos, Brayden Point, Ondrej Palat et Yanni Gourde, on doit prendre conscience d’une chose : cette équipe-là est bâtie pour devenir une dynastie. 

L’écart entre le Lightning et le Canadien est plus grand qu’entre le CH et leurs victimes, que ce soit les Leafs, les Jets ou les Golden Knights. 

Le Canadien a franchi un grand pas et l’expérience acquise par leurs jeunes joueurs vaut de l’or. 

Dominique Ducharme avait tout à perdre, mais il a impressionné. Il n’a jamais paniqué. J’avais des doutes, mais, aujourd’hui, il a ma confiance. 

Marc Bergevin va certainement le récompenser et il peut compter sur ses vieux leaders, Price et Shea Weber, pour deux ou trois ans encore. Est-ce que ce sera suffisant pour devancer le Lightning ? J’en doute, mais, au moins, l’équipe s’en va dans la bonne direction. 

– Propos recueillis par Gilles Moffet

Entrefilets  

Le contrat de Phillip Danault 

On a vu que Phillip Danault est un joueur essentiel au Canadien et il est d’autant plus dans une bonne position qu’il est le seul Québécois au sein de la formation, si l’on exclut Jonathan Drouin. Ça se paie. Danault veut jouer à Montréal, mais Marc Bergevin doit absolument lui faire la bonne offre, sinon il ira tester le marché des joueurs autonomes. Don Meehan est un bon agent (il a été mon conseiller) et il saura si Danault peut obtenir un meilleur contrat ailleurs. À mon avis, ça devrait être autour de 5,5 millions $ par saison sur cinq ou six ans.  

Joël Bouchard 

HKN-HKO-SPO-2021-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---GAME-TWO
Photo Pierre-Paul Poulin

Dommage que le CH ait perdu un bon homme comme Joël Bouchard. Il a été excellent avec les jeunes espoirs, mais son objectif personnel n’est pas de devenir adjoint dans la LNH. Il veut être entraîneur-chef, et cette chance viendra probablement plus vite à Anaheim qu’à Montréal puisque son bon ami Dominique Ducharme est désormais en place. Il a pris une décision pour lui. 

Le joyeux Nikita Kucherov 

HKN-HKO-SPO-2021-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---GAME-TWO
Photo AFP

Nikita Kucherov a été magistral sur la patinoire, mais on ne s’attendait pas à ce qu’il vole la vedette en point de presse après quelques verres. Certains ont été offusqués par ses commentaires, mais je sais qu’il est un joueur d’équipe et, même si c’est sorti tout croche lorsqu’il parlait du « gars de Vegas peu importe son nom », qu’il ne voulait pas dénigrer Marc-André Fleury. Il cherchait surtout à créditer son coéquipier, Andrei Vasilevskiy, et c’est ce que les bons coéquipiers font. 

Aucune garantie 

Les partisans du Canadien ont raison d’être positifs, mais il ne faut pas se laisser aveugler. S’il est vrai que l’expérience de 2021 peut servir de tremplin, il est aussi vrai que participer à la finale ne garantit rien pour l’avenir. Finalistes l’an dernier, les Stars de Dallas n’ont pas fait les séries cette année. Finalistes en 2006, les Oilers d’Edmonton ont raté les séries 10 saisons d’affilée et n’ont gagné qu’un seul affrontement depuis 15 ans. Finalistes en 1998, les Capitals de Washington n’ont franchi le deuxième tour que 20 ans plus tard, gagnant enfin la coupe en 2018.