/opinion/columnists
Navigation

La loi 21, une loi contre les musulmans?

GEN-MANIFESTATION-LOI 21
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Je croyais que depuis le temps qu’on en parlait, on n’avait plus besoin d’expliquer les tenants et les aboutissants de la loi 21. 

Que tout cela était compris de tout le monde, et qu’on pouvait enfin tourner la page et passer à un autre dossier.

ENCORE UNE FOIS SI VOUS LE PERMETTEZ

Eh bien, non.

Si je me fie à toutes les sottises qui se disent et s’écrivent sur notre timide loi sur la laïcité, il faut reprendre le travail et expliquer une fois de plus pourquoi cette loi est tout sauf raciste, xénophobe et intolérante.

Alors pour tous les chroniqueurs canadiens-anglais et les artistes à la Émile Bilodeau qui semblent autant connaître la loi 21 que moi, les lois de physique quantique, les secrets de la gastronomie thaïlandaise et les subtilités de la traduction d’À la recherche du temps perdu en langue hindie, voici une autre chronique sur la « méchante » loi du ministre Jolin-Barrette.

Vous êtes prêts ? On y va !

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau au micro de Danny St Pierre sur QUB radio:

QUESTION QUIZ

Je commence tout de suite par une question quiz, histoire de tester vos préjugés. 

Voici une déclaration faite en novembre 2020 : « Pour ce qui est des pays à forte diversité, seul le concept de laïcité peut les régir. Il n’y a pas véritablement d’autre choix, car elle est le garant de la neutralité des institutions tout comme elle garantit la liberté de culte pour toutes les religions.

« Celui qui vit dans un pays, quel qu’il soit, doit obligatoirement en respecter les lois ou quitter ce pays... »

Qui a dit ça ?

Non, ce n’est ni Mathieu Bock-Côté ni Denise Bombardier.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

C’est Mohammed Abdelkarim Alissa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale. 

Monsieur Alissa est recteur de la mosquée et de l’université Al-Azhar du Caire et l’un des deux porte-voix officiels de l’islam sunnite. 

Qui, selon vous, connaît mieux l’islam et le Coran ?

Monsieur Alissa, qui est président du Conseil mondial des oulémas (docteurs de la loi coranique, garants du respect et de l’application des principes de l’islam), ou Émile Bilodeau, qui a écrit « J’en ai plein mon cass », « Bière » et « La jungle du capital » ?

Moi, au pif, comme ça, je dirais monsieur Alissa. 

Mon feeling me dit que cet homme connaît plus le monde musulman que l’autre qui se promène avec un macaron anti-loi 21. 

Je peux me tromper, mais quelque chose me dit que j’ai raison. 

LE DROIT DE CHOISIR

Autre déclaration importante de monsieur Alissa : « Un pays a le droit de choisir les idées, et les philosophies constitutionnelles et juridiques voulues par son peuple ».

Est-ce assez clair ?

Le Canada et les Canadiens optent pour le multiculturalisme pour gérer le vivre ensemble et la diversité ? Grand bien leur fasse.

Au Québec, nous optons pour l’interculturalisme et la laïcité.

C’est notre droit. 

Vous n’aimez pas ça ? On ne vous retient pas, je suis sûr qu’il y a plein d’autres pays sur la planète qui ont adopté des « philosophies politiques et juridiques » correspondant plus à votre façon de vivre. 

Comme dit le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale : « Personne n’est obligé de rester dans un endroit où il ne veut pas vivre... »