/news/health
Navigation

Des déplacements de médecins coûteux sur la Côte-Nord

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre de Santé de la Côte-Nord tente de limiter les frais de déplacements de ses médecins dépanneurs, qui ont pratiquement doublé entre 2017 et 2020. 

• À lire aussi: Une ex-militaire à la tête du CISSS de la Côte-Nord

• À lire aussi: LCN souligne les 25 ans du déluge du Saguenay

• À lire aussi: Création d’un Économusée autochtone sur la Côte-Nord

Selon les états financiers du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord, les «frais de séjour des médecins itinérants et dépanneurs de certaines régions» s’élevaient à 546 000 $ au 31 mars 2017. Ces coûts ont explosé à la fin de l’année financière 2020, passant à plus de 1 million $.

Cette hausse de 25 % sur cinq ans s’explique par le plus grand recours aux médecins dépanneurs pour faire face à la pénurie de main-d'œuvre.

Pour juguler la hausse des coûts, le Centre de Santé de la Côte-Nord a recruté davantage de médecins permanents, notamment «en radiologie à Sept-Îles, où pendant près d’un an ou deux, on n’avait plus de radiologiste sur place ou presque», a raconté Dr Jean-François Labelle, le directeur des services professionnels et de l’enseignement universitaire au CISSS Côte-Nord.

«On devait, presque à l’année, faire venir des médecins dépanneurs. Quand on additionne les coûts d’un logement à tous les jours avec une allocation de repas pour ces médecins-là, la facture grimpe extrêmement rapidement», a-t-il ajouté.

Une autre action du Centre de Santé liée aux frais de déplacement, c’est l’uniformisation, en octobre 2020, de ce qui est remboursé aux médecins dépanneurs. Selon le Dr Labelle, c’est cependant difficile de dire quel impact ce travail a eu sur les dépenses.

«Mettons que le tarif de l’hôtel de l’hôtel était de 160 $ la nuit parce qu’on était en période estivale et que la maximum remboursable aurait été de 120 $, les [établissements payaient] la chambre et c’est tout. Il n’y avait pas de règle qui disait qu’on ne paie pas la chambre [au complet]», a admis Jean-François Labelle.

«Donc, on s’est assuré que la règle allait être appliquée de façon uniforme. Depuis ce temps-là, on n’a pas eu de problèmes. C’est sûr qu’il y a eu une réaction pour certains milieux de la part de médecins qui venaient depuis des années», a-t-il expliqué.

Des médecins dépanneurs se rendent constamment et en nombre important à Forestville, Fermont et Port-Cartier. La situation s’est améliorée à l’hôpital des Escoumins.