/news/currentevents
Navigation

Des vandales saccagent un projet écolier

Coup d'oeil sur cet article

Des vandales ont saccagé les jardins et les installations agroalimentaires de l’école primaire Louis-de-France, à Trois-Rivières, dimanche. 

• À lire aussi: Encore un coup de feu dans Ville-Marie

• À lire aussi: Équipe Québec: une victoire pour aider à patienter

• À lire aussi: Un nouveau mouvement au Québec: «Ici, je porte le sourire»

• À lire aussi: Mauricie: une femme agressée dans son domicile à Louiseville

Dans la nuit de dimanche à lundi, des voisins auraient vu deux individus se diriger vers la cour arrière de l’école primaire.

Les méfaits se seraient produits vers 19h45, laissant indignés la direction et les élèves lundi matin.

Plusieurs arbres sont coupés, des tuyaux sont sectionnés. La frustration est grande pour tous ceux qui ont travaillé sur le projet.

«C’est tellement gratuit. Ça me brise le cœur de voir ça», s’est attristée la directrice de l’école primaire Louis-de-France, Maryse Côté, mercredi matin.

Les trois arbres plantés pour les finissants ont été étêtés. Au coût de 200$ chacun, l’école doit essuyer des pertes financières en plus du temps perdu à travailler sur le projet.

Deux élèves découvraient leurs jardins saccagés mercredi matin. «J’étais un peu triste de voir mon école détruite», a avoué l’une des élèves, Laurence Larouche. «Je trouve ça vraiment plate», a éploré un deuxième, Elliot Losso. Tous deux ont vu leur travail anéanti en arrivant sur les lieux.

«C’est mon bébé ce projet-là». Dépitée des dommages, la directrice de l’école travaillait depuis cinq ans sur le projet qui s’est fait détruire en quelques minutes dimanche. Celle qui part pour la retraite jeudi a trouvé désolant les gestes posés envers son école.

Le conseiller municipal du secteur Saint-Louis-de-France, Michel Cormier, a lui aussi été indigné des actes de vandalisme de la fin de semaine. «C’est une première au Québec, une agroécole». 

Il pense à tous les partenaires financiers et à tous les individus qui ont donné temps et argent pour faire vivre la cour extérieure de l’école. Ce sont des gestes odieux et qui «ne passent pas», selon lui.

Pour remettre en état les installations de la cour, une corvée de nettoyage est organisée jeudi. Parents, élèves et résidents de Saint-Louis-de-France sont invités à participer aux tâches de nettoyage.

C’est en se relevant les manches qu’il sera possible de poursuivre avec le projet agroalimentaire, selon Maryse Côté.

Aucun suspect n’a été appréhendé pour le moment. Des caméras de surveillance devaient être installées prochainement, mais les vandales sont passés avant. Elles assureront que des gestes de la sorte ne se reproduisent pas sans être punis.

La direction espère également que l’évènement malheureux permettra des discussions au sein des familles pour sensibiliser aux dommages du vandalisme.