/news/green
Navigation

Gaspé très heureuse de l’agrandissement de LM Wind Power

Daniel Côté, maire de Gaspé et préfet de la MRC de la Côte-de-Gaspé.
Photo Agence QMI, Nelson Sergerie Daniel Côté, maire de Gaspé et préfet de la MRC de la Côte-de-Gaspé.

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Gaspé et préfet de la municipalité régionale de comté (MRC) de la Côte-de-Gaspé est plus que satisfait de voir le principal investisseur privé de la Gaspésie, le fabriquant de pales d’éoliennes LM Wind Power, ajouter 200 nouveaux emplois avec un projet d’agrandissement.

• À lire aussi: Des aides publiques de 54 M$ à GE pour sauver une usine en Gaspésie

La filiale de General Electric a confirmé, mercredi après-midi, un investissement de 170 millions $ assorti de prêts de 29 millions $ de Québec et 25 millions $ d’Ottawa – tel que rapporté par Le Journal de Montréal plus tôt dans la journée.

«On est extrêmement fiers des efforts déployés dans les dernières années pour donner ce résultat-là: le plus gros projet industriel de l’histoire contemporaine de la ville de Gaspé», a dit le maire et préfet, Daniel Côté lors de l’annonce officielle faite en présence du premier ministre Justin Trudeau.

Le premier ministre Justin Trudeau
Photo Agence QMI, Nelson Sergerie
Le premier ministre Justin Trudeau

Il manque toutefois un morceau au puzzle: l’envoi des pales de 107 mètres vers les clients nécessitera une route de contournement de six kilomètres pour lier l’usine au port de mer de Sandy Beach.

«On continue à travailler sur le volet technique. Québec est prêt à nous appuyer de façon marquée, mais il reste des ficelles à attacher pour le financement», a admis M. Côté en entrevue.

Il s’agit d’une question de semaines pour que ce projet complémentaire de 12 à 15 millions $ soit annoncé, a-t-il mentionné.

Manque criant de logements

Aussi, avec 200 nouveaux travailleurs, 200 nouvelles familles seront à loger dans une ville où il manque déjà de 200 à 300 logements, mais le maire s’est fait rassurant.

«L’annonce d’aujourd’hui va permettre de mettre de la pression sur les promoteurs. Ils vont comprendre qu’il y a un besoin criant et réel et qu’ils vont faire un investissement payant», croit l’élu.