/news/currentevents
Navigation

Encore des coups de feu dans un quartier familial

Des Montréalais craignent que ce genre d’événement devienne la norme

FD-COUPS-FEU-JOLICOEUR
Pascal Girard/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Des résidents du secteur Ville-Émard, à Montréal, craignent que la quiétude de leur quartier soit compromise par l’arrivée de nouveaux voisins dont l’appartement a été visé par plusieurs coups de feu en pleine nuit.

• À lire aussi: Vague inquiétante de coups de feu à Montréal

• À lire aussi: Trois fusillades en une seule nuit à Montréal

« Ça fait 25 ans que je vis ici et je n’avais jamais vu ça », s’attriste de son balcon Claudette Blanchard, 80 ans. 

Plusieurs trous de balle étaient visibles mercredi en matinée dans la fenêtre de l’appartement situé devant chez elle, au coin des rues Jolicoeur et Briand. De jeunes enfants habitent ce logement, mais heureusement personne n’a été blessé. 

FD-COUPS-FEU-JOLICOEUR
Photo Agence QMI, Pascal Girard

Reste que les gens du voisinage ont eu une sacrée frousse. 

« C’est un quartier très familial et il y a beaucoup de personnes âgées. C’est très inquiétant », laisse tomber Rodrigo Leao, dont la fille de 10 ans a été réveillée par les coups de feu. 

Ironie du sort, les Leao ont quitté São Paulo il y a six ans, justement pour fuir la violence et l’insécurité propagées par les gangs de rue. 

« On a choisi le Canada et Montréal parce que c’était tranquille. Là, on voit ces choses-là s’installer ici aussi », regrette M. Leao, désillusionné.

Quatre fois en un mois

Rodrigo Leao, ses enfants Catarina, 10 ans, et Guilherme, 13 ans, sont inquiets.
Photo Étienne Paré
Rodrigo Leao, ses enfants Catarina, 10 ans, et Guilherme, 13 ans, sont inquiets.

L’homme d’origine brésilienne rappelle qu’il s’agissait du quatrième événement du genre à survenir dans l’arrondissement du Sud-Ouest en moins d’un mois. 

Le 3 juillet, un jeune homme de 21 ans a même été retrouvé mort dans une voiture sur la rue Workman en début de soirée, quelques heures après que des gens du secteur eurent entendu des coups de feu. 

Puis, pas plus tard que la fin de semaine dernière, un citoyen du même quartier a contacté les policiers après avoir trouvé un projectile encastré dans sa fenêtre.

« Ce n’est vraiment pas drôle, surtout quand il y a des jeunes enfants. Une balle perdue, ça peut tuer quelqu’un, ça serait évidemment une tragédie », déplore André Durocher, inspecteur retraité du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). 

Les trous de balle étaient bien visibles dans la fenêtre du logement visé.
Photo Agence QMI, Pascal Girard
Les trous de balle étaient bien visibles dans la fenêtre du logement visé.

Pas de panique 

Certains préfèrent toutefois ne pas paniquer pour l’instant, estimant que ces actes ne visent probablement pas le citoyen lambda.

« Que tu restes ici ou à Montréal-Nord ou à Lachine, c’est rock’n’roll partout de toute façon. Il ne faut juste pas être là au mauvais moment », persiste à dire Claudine Taillefer. 

Vivant littéralement en face de l’endroit où s’est produite la fusillade, Mme Taillefer reconnaît cependant avoir été un peu saisie quand les policiers ont cogné à sa porte dans la nuit de mardi à meercredi pour l’interroger. 

Depuis, l’enquête se poursuit, mais le SPVM dit ne pas avoir fait d’arrestation dans ce dossier. 

– Avec la collaboration d’Antoine Lacroix 

À VOIR AUSSI      

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.