/opinion/blogs/columnists
Navigation

Ouvrons nos frontières aux immunisés!

Coup d'oeil sur cet article

La vaccination au Canada va bien. Même très bien. La vie reprend tranquillement son cours normal après avoir été au ralenti durant plus de 18 mois.

Malgré tout, le gouvernement fédéral s’entête à maintenir les frontières, tant terrestres qu’aériennes, fermées aux touristes. Alors que les Canadiens doublement vaccinés peuvent quitter le territoire pour visiter la France, l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne, et revenir sans avoir à se mettre en quatorzaine, notre pays est toujours fermé aux ressortissants étrangers.

Il s’agit d’un manque de cohérence qui fait mal. Économiquement ...et politiquement. Économiquement parce que notre industrie touristique est en crise, nos hôtels sont à capacité réduite, nos restaurants et nos commerces souffrent, sans parler de nos voyagistes et toute l’industrie de l’aéronautique (des transporteurs aux PME faisant partie de la chaîne d’approvisionnement) qui a été frappée de plein fouet. 

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, c’est d’autant plus important de rouvrir le secteur touristique puisque les pertes d’emploi temporaires dues à la crise sanitaire se sont transformées en réel exode de la main-d’œuvre vers des industries moins vulnérables et souvent plus payantes. Nous sommes à la croisée des chemins pour une industrie qui peut encore être relancée. Encore faut-il que les autorités le comprennent.

Comment se fait-il qu’un Canadien doublement vacciné puisse revenir de son voyage touristique et continuer à vaquer à ses occupations alors qu’un touriste américain ou français vacciné représenterait un danger ? Qu’est-ce qui justifie que l’on retarde la relance d’un secteur important de notre économie à plus tard alors que la saison estivale bat son plein ?

Chat échaudé craint l’eau chaude

On se rappelle que le gouvernement Trudeau avait tardé à réagir en début de crise faisant en sorte que nos aéroports et nos frontières étaient devenus de réelles passoires à virus. Alors que plusieurs voix se levaient pour appeler à la fermeture des frontières, le premier ministre Trudeau nous disait que c’était important que ça se fasse dans l’ordre et conjointement avec nos partenaires, notamment américain. 

Or aujourd’hui, nos alliés commencent à trouver qu’on exagère. L’ambassadrice de la France au Canada a exprimé son impatience de voir nos frontières ouvertes à nos cousins français, le leader démocrate du Sénat américain appelle à la réouverture de la frontière américaine de manière unilatéral puisque nous ne semblons pas comprendre que c’est important. 

Je comprends que M. Trudeau ne veut pas se faire reprocher d’être imprudent avec la santé des Canadiens et de déconfiner trop vite, la vérité c’est que cet entêtement nous coute cher tant sur le plan réputationnel qu’économique.

L’avenir nous dira quel en sera le prix électoral.