/opinion/columnists
Navigation

Sortir de l'ombre?

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas Éric Duhaime qui pourra permettre au Parti conservateur du Québec (PCQ) de retrouver une place dans l’enceinte parlementaire québécoise lors d’une prochaine élection générale.

Libertaire comme Maxime Bernier, populiste comme Donald Trump et polémiste comme Éric Zemmour, monsieur Duhaime s’est construit un personnage rebutant qui donne à la CAQ des airs de parti socialiste.

Pourtant, le nouveau chef conservateur n’est pas dépourvu d’intelligence et s’avère capable d’analyses fines. Il émerge toutefois trop tardivement pour espérer créer une autre image de lui-même d’ici la prochaine élection générale.

En montant les Québécois les uns contre les autres, Duhaime s’est disqualifié, et par conséquent le PCQ également. 

Poursuivre dans la foulée de l’ancien chef Adrien Pouliot ne constitue pas l’idée du siècle !

Crier au vol

Son air outragé, face à des restaurateurs de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean qui lui refusent de tenir des rencontres partisanes dans leur établissement, augure de l’allure « trumpienne » qu’il adoptera en criant à l’injustice dans sa défaite prévisible.

Heureusement, le Québec ne vit pas la polarisation observée chez les Étatsuniens entre républicains et démocrates. Éric Duhaime ne jouira pas d’un bassin de population comparable à celui de Donald Trump pour croire à la discrimination ou au vol d’une élection.

Cependant, il alimente abondamment le noyau de Québécois qui adhèrent aux thèses conspirationnistes et qui se nourrissent de la désinformation sur les réseaux sociaux.

Il renforce les convictions de certains à résister aux mesures mises de l’avant par l’État pour protéger la santé et l’intégrité de tous les citoyens.

Rassembler

Nos démocraties occidentales ont de plus en plus besoin de leaders qui s’extirperaient du clientélisme électoral pour mettre de l’avant un projet de société pour tous. Le PCQ a préféré choisir un chef qui divise. 

Si on se fie aux résultats de Maxime Bernier lors du dernier scrutin fédéral, nous pouvons dormir tranquilles !