/news/politics
Navigation

Secteur aéronautique: Près de 700 M$ investis par Ottawa et Québec

Des avions hybrides électriques et des taxis aériens sont en développement

Coup d'oeil sur cet article

Avec des élections fédérales qui pointent à l’horizon, Ottawa sort finalement son chéquier et met conjointement avec Québec un montant de près de 700 millions $ pour aider le secteur aérospatial québécois qui a souffert durant la pandémie. 

• À lire aussi: Du carburant vert «Fait au Québec»

« Ce financement va permettre aux entreprises de continuer à innover et de percer de nouveaux marchés. Ces projets devraient créer et maintenir plus de 12 000 bons emplois payants », a souligné le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, dans une deuxième annonce en deux jours au Québec. 

 

La veille, il avait sorti le portefeuille pour le fabricant de pales d’éoliennes LM Wind Power, à Gaspé.

François Legault et Justin Trudeau ont sorti leurs portefeuilles pour aider l’aéronautique au Québec, jeudi, au Palais des Congrès de Montréal.
Photo AFP
François Legault et Justin Trudeau ont sorti leurs portefeuilles pour aider l’aéronautique au Québec, jeudi, au Palais des Congrès de Montréal.

Signe de l’importance de l’annonce de jeudi et du contexte préélectoral, M. Trudeau était accompagné de plusieurs ministres du fédéral et du provincial au Palais des Congrès de Montréal ainsi que du premier ministre du Québec, François Legault. 

  • Écoutez l'entrevue avec François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l'Industrie et député St-Maurice-Champlain sur QUB radio :    

Concrètement, Ottawa va verser jusqu’à 440 M$, alors que Québec ajoutera 245 M$ pour stimuler l’innovation des joueurs majeurs de l’aéronautique à Montréal comme les fabricants Pratt & Whitney et Bell-Textron ainsi que l’entreprise de simulateurs de vols CAE. Ottawa mettra aussi 250 M$ pour aider à la relance du secteur.  

  • Écoutez l'entrevue du directeur de l’Observatoire de l’Aéronautique et de l’Aviation Civile, Mehran Ebrahimi, avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:   

Sans Bombardier 

En ajoutant les investissements privés, c’est un montant de 1,6 milliard $ qui sera investi dans des projets au Québec permettant l’électrification du secteur aérien. 

Bizarrement, l’entreprise la plus connue de l’industrie, Bombardier, ne faisait pas partie de l’annonce. 

L’avion Dash 8-100 du constructeur De Havilland Canada servira à tester le futur moteur hybride de Pratt & Whitney.
Photo courtoisie
L’avion Dash 8-100 du constructeur De Havilland Canada servira à tester le futur moteur hybride de Pratt & Whitney.

L’initiative la plus intrigante demeure celle de Pratt & Whitney, qui espère concevoir d’ici quatre ans un avion à propulsion hybride électrique. La compagnie recevra des prêts de 49 M$ du fédéral et 20,5 M$ du provincial pour réaliser ce projet d’une valeur totale de 163 M$.

De son côté, CAE va mettre 1 G$, notamment pour développer... des taxis aériens. 

« Les trois annonces que l’on fait vont créer 1000 nouveaux emplois payants. Quand je dis payants, c’est plus de 80 000 $ par année. On parle d’investissements historiques », s’est enthousiasmé le premier ministre Legault. 

Ottawa se défend d’être inactif

Dire que cette annonce était attendue par le milieu relève de l’euphémisme. Le secteur de l’aéronautique a été carrément dépecé lors des derniers mois avec une perte de plus de 7000 emplois, la plupart au Québec.

Plusieurs fois, patrons et syndicats du secteur ont pointé Ottawa du doigt pour son inaction dans le dossier, mais M. Trudeau s’en défend. « La pandémie a été extrêmement difficile pour tout le monde. Mais le choix que nous avons fait en tant que gouvernement, c’est d’aider les travailleurs et les entreprises pour qu’on puisse passer au travers », a estimé le premier ministre canadien.