/investigations/politics
Navigation

Controverse autour d’une sélection d'un DG au Conservatoire

Le cabinet de la ministre Nathalie Roy est accusé de favoriser Maka Kotto pour un poste de directeur général

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le processus de sélection du prochain directeur général du Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec, dont on voit la devanture du théâtre sur la rue Saint-Stanislas à Québec, provoque la controverse en raison d’allégations d’ingérence politique.

Coup d'oeil sur cet article

Le cabinet de la ministre de la Culture, Nathalie Roy, est accusé de vouloir favoriser la sélection de Maka Kotto pour un poste de directeur général du Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec.

• À lire aussi - Gestion des déchets: un manque de respect envers l’institution

Trois administrateurs de l’organisme d’enseignement ont démissionné la semaine dernière en signe de protestation.

Au total, six sources ayant une connaissance directe de la situation au Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec (CMADQ) ont exposé les faits qui suivent à notre Bureau d’enquête en demandant que leur anonymat soit préservé.

Des pressions en faveur de Maka Kotto, un ex-ministre péquiste, ont commencé à être exercées fin mars sur Marie-France Maheu, alors présidente du conseil d’administration du CMADQ, nous a-t-on exposé.

Mme Maheu a tout de suite rapporté l’ingérence du cabinet de la ministre Nathalie Roy aux cinq administrateurs membres comme elle du comité de sélection. 

« Ils disaient de considérer sérieusement cette candidature, nous a-t-on raconté. Ils ne nous ont pas dit : vous nous envoyez son nom. Ils ont dit : vous la considérez sérieusement. On sait ce que ça veut dire. On n’est pas naïfs. »

Mme Maheu a fait état de cette intervention en faveur de M. Kotto aux autres administrateurs du CMADQ lors d’une réunion à huis clos en juin.

Entre-temps, le comité de sélection avait toutefois jugé que sa candidature ne correspondait pas au profil établi.

Rayonner à l’international

M. Kotto, maintenant chroniqueur au Journal, souhaitait faire rayonner le CMADQ à l’international, ce qui n’était pas jugé prioritaire. Son manque d’expérience pour gérer « une maison d’enseignement » a été relevé.

Les deux finalistes retenus dirigent actuellement des institutions d’enseignement supérieur.

Leurs deux noms ont été transmis à Mme Roy après une réunion du conseil d’administration tenue le 9 avril.

Le cabinet de la ministre n’a pas expliqué pourquoi son choix n’est toujours pas fait parmi les deux finalistes, comme prévu par la loi sur le CMADQ.

Même s’il a été complété il y a trois mois, le processus de sélection se poursuit, a indiqué la porte-parole, Geneviève Gouin.

« Nous pourrons nommer la meilleure personne pour diriger l’institution et la faire rayonner », a-t-elle déclaré sans répondre aux allégations d’ingérence.

Fin juin, le gouvernement a remplacé Mme Maheu par Monique Leroux.

Lors d’une réunion du conseil, le 5 juillet, Mme Leroux a fait adopter une résolution stipulant qu’une nouvelle liste de finalistes doit être établie.

Démissions

Cela a provoqué la démission de trois administrateurs : Louis Babin, Gaétan Saint-Laurent et Marjolaine Viel. Une autre administratrice, Annie Pagé, s’est dissociée de la résolution.

L’objectif est d’inclure M. Kotto, estiment nos sources. « C’est de l’ingérence politique », a indiqué l’une d’elles.

Avec un mandat exceptionnellement court, d’une durée de six mois, Mme Leroux est en service commandé, affirment les personnes à qui nous avons parlé.

« On veut nous faire avaler des couleuvres », a-t-on souligné.

Selon le CMADQ, la nouvelle recommandation sera faite d’ici l’automne. 

M. Kotto nous a confirmé sa candidature.

« Ça fait un moment que j’attends la réponse », a-t-il dit en ajoutant qu’il n’a pas discuté avec Mme Roy depuis qu’il a quitté la politique en 2018.

 UN PROCESSUS QUI S’ÉTIRE 

19 février 

  • Date limite de la réception de candidatures pour le poste de DG du CMADQ.   

Semaine du 22 mars 

  • Deux journées d’entrevues permettent au comité de sélection de rencontrer cinq candidats, dont Maka Kotto.  

9 avril 

  • Le CA du CMADQ adopte une résolution recommandant deux finalistes à la ministre de la Culture, Nathalie Roy. M. Kotto n’est pas du nombre.  

23 juin 

  • Monique Leroux est nommée à la présidence du CA du CMADQ.  

5 juillet 

  • Mme Leroux fait adopter une résolution proposant de soumettre une nouvelle liste de finalistes établie à partir d’une nouvelle pondération des compétences.