/news/consumer
Navigation

Johnson&Johnson: rappel pour les crèmes solaires en aérosol Neutrogena et Aveeno

Johnson&Johnson: rappel pour les crèmes solaires en aérosol Neutrogena et Aveeno

Coup d'oeil sur cet article

La compagnie américaine Johnson&Johnson rappelle tous les lots de cinq produits de protection solaire en aérosol des marques Neutrogena et Aveeno, après y avoir trouvé la présence d’un cancérigène.

Des tests internes ont permis de trouver de faibles niveaux de benzène, un composant naturel du pétrole brut qui peut potentiellement causer le cancer selon le niveau et l'étendue de l'exposition, dans certains échantillons de ses produits.

Johnson & Johnson demande donc aux consommateurs de cesser d'utiliser les produits concernés.  

  • Écoutez l'analyse d'Alexandre Moranville-Ouellet avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:   

Le géant américain a fait savoir que seuls les écrans solaires touchés sont ses produits en aérosol. Les crèmes solaires Neutrogena Beach Defense, Cool Dry Sport, Invisible Daily et Ultra Sheer ainsi que la crème solaire en aérosol Aveeno Protect + Refresh sont rappelés.

Distribués largement aux États-Unis, les écrans solaires visés par le rappel sont également vendus au Canada. L'avis s’applique sur toutes les tailles d’emballage et tous les niveaux de facteur de protection solaire, ou SPF.

Johnson & Johnson a déclaré avoir informé l’agence américaine Food and Drug Administration du rappel.

«Bien que le benzène ne soit un ingrédient dans aucun de nos produits de protection solaire, il a été détecté dans certains échantillons des produits de protection solaire en aérosol. Nous étudions la cause de ce problème, qui est limité à certains produits solaires en aérosol», a mentionné Johnson & Johnson Consumer inc. par voie de communiqué, mercredi.  

  • Écoutez l'entrevue avec Joseph Doumit, dermatologue à Union MD avec Caroline St-Hilaire et Varda Étienne sur QUB radio :    

Les gens qui ont acheté les produits mentionnés ci-haut peuvent se faire rembourser.

Selon les vérifications de la journaliste de TVA Nouvelles Véronique Dubé, toutes les sortes de crèmes solaires visées par le rappel avaient été retirées des étalages de pharmacie, dont les enseignes Jean Coutu et Pharmaprix, jeudi après-midi.

Jeudi à la piscine, une petite fille détenait toujours un produit concerné par le rappel. «Je vais la jeter à la poubelle et je vais en acheter un autre», dit-elle.

Malgré le rappel, les crèmes solaires sont dignes de confiance 

La compagnie américaine Johnson & Johnson a rappellé jeudi les lots de cinq produits de protection solaire en aérosol de marques Neutrogena et Aveeno, après y avoir détecté de faibles niveaux de benzène, un composant naturel du pétrole brut potentiellement cancérigène.

Selon le docteur Joseph Doumit, dermatologue, la présence du benzène dans les produits de Johnson & Johnson était une erreur. La compagnie ne sait pas comment la substance s'y est retrouvée.

Dr Doumit explique que le benzène ne fait pas partie des ingrédients des écrans solaires. «Il y a quelque chose qui s’est passé au niveau de la production pour que le benzène s’y retrouve», explique-t-il.

Faire confiance aux produits en pharmacie

Dr Doumit note qu'on peut faire confiance aux produits disponibles en pharmacies, puisqu'ils doivent passer par Santé Canada pour s'y retrouver.

«On a d’excellents écrans solaires physiques et d’autres chimiques», a-t-il dit.

Selon Dr Doumit, l’important, c’est de choisir un écran solaire qui fonctionne pour notre peau. Par exemple, les sportifs et les nageurs devraient préconiser un écran physique tandis que les personnes à la peau sensible devraient plutôt utiliser un écran solaire minéral à base de dioxyde de titane ou d'oxyde de zinc.

«Le plus important, c’est de choisir un écran solaire avec un facteur de protection UVA et UVB avec un FPS de 30 ou plus. Ça nous donne une protection de 97%», a-t-il dit.

La bonne technique avec les aérosols

Selon Dr Doumit, les aérosols sont une bonne option, mais il faut s'assurer d'étendre l'écran solaire une fois sur la peau. «Si on applique juste l’aérosol, on va manquer des espaces où ce ne serait pas étendu de façon uniforme», a-t-il dit.

Dr Doumit rappelle l'importance de se protéger contre le soleil quotidiennement.

«Chaque jour, on fait des diagnostics de cancer de peau. Même tantôt, j’avais un cas d’une jeune femme de 33 ans potentiellement avec un cancer de peau. Il n’y a pas d’âge», note-t-il. «Je fais beaucoup de chirurgies et parfois j’opère sur des jeunes de 25 ans qui sont atteints d’un cancer de la peau à cause du soleil.»

Le dermatologue rappelle qu'il est important d’appliquer les écrans solaires au moins 15 à 30 minutes avant de sortir, et d'en réappliquer à chaque une à deux heures, surtout si c’est ensoleillé.